Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

"Mathis der Maler" de Paul Hindemith : le discours lyrique appliqué à une narration historique factuelle, imaginaire et idéologique / Michel Lehmann


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/mathis_der_maler_de_paul_hindemith_le_discours_lyrique_applique_a_une_narration_historique_factuelle_imaginaire_et_ideologique_michel_lehmann.56859?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Les chapitres


"Mathis der Maler" de Paul Hindemith : le discours lyrique appliqué à une narration historique factuelle, imaginaire et idéologique / Michel Lehmann

Mathis der Maler de Paul Hindemith : le discours lyrique appliqué à une narration historique factuelle, imaginaire et idéologique / Michel Lehmann, in "Appropriations historiques dans l'opéra aux XIXe et XXe siècles" [Autour des opéras "Lucia di Lammermoor" et "Le Prophète"], journée d'étude organisée par l'Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL) de l'Université Toulouse Jean Jaurès dans le cadre d'un partenariat avec le Théâtre du Capitole, sous la responsabilité scientifique et la coordination de Michel Lehmann et Christine Calvet. Université Toulouse Jean Jaurès, Théâtre du Capitole, 4 mai 2017.
* Images et prise de son : Service audiovisuel de la Mairie de Toulouse.

Dans l’immense vivier des sujets d’opéras, l’Histoire est une alternative au mythologique et au légendaire. Sa représentation sur scène s’éloigne du merveilleux, valorise la destinée humaine guidée par les valeurs morales les plus nobles et favorise même une quête de réalité, un fantasme bien trompeur pour une création artistique intrinsèquement fondée sur l’illusion scénique.
La mythologie gréco-romaine s’est penchée la première sur le berceau de l’opéra. La chronique historique l’a ensuite nourri de son lait plus humain, ouvrant dès ses origines l’empan des sujets favoris de ce spectacle lyrique décrit comme favola in musica (fable en musique) dans le cadre du fameux Orfeo (1607) de Monteverdi et présenté comme dramma per musica (représentation en musique) pour Le Couronnement de Poppée (1643) du même compositeur. Au fil des siècles, représenter l’Histoire à l’opéra est -presque- toujours une affaire sérieuse. La démarche n’est pas pour autant systématiquement idéologique. L’ambition d’un discours politique n’étant pas implicitement au coeur d’un projet d’opéra, un tel choix peut être simplement décoratif : ainsi Jules César, Alexandre le Grand et Tamerlan sont interchangeables dans l’opéra baroque, car leur intérêt réside plus dans la figure de l’homme de pouvoir que dans sa propre biographie. Au XIXe siècle, pour un public européen, la sphère historique de l’Antiquité est délaissée au profit d’un Moyen-Âge ou d’une Renaissance plus proches et plus intimes, chronologiquement et géographiquement. Cependant, il n’est pas certain que le plaisir spectaculaire d’un exotisme historique ait été pour autant rejeté au profit d’une leçon d’Histoire à la Michelet, où le passé historique est une clé de lecture du présent de l’actualité. Comment interpréter en digne spectateur d’opéra la représentation du Massacre de la Saint Barthélémy par Scribe et Meyerbeer dans Les Huguenots (1836) ? S’agit-il d’un beau spectacle violent et sanglant pour éblouir les sens ou d’un exutoire cathartique des horreurs de la Révolution Française encore présentes dans les mémoires ? Dans Dialogues des Carmélites (1957) de Poulenc, cette même Révolution est-elle destinée à être représentée scrupuleusement, alors qu’elle permet d’abord d’extérioriser les démons intérieurs entravant le chemin d’âmes frêles et fragiles vers une spiritualité pleine et entière ? L’opéra de Prokofiev, Guerre et Paix (1942), ne trahit-il pas une réelle difficulté propre au genre lyrique, lorsque qu’il se divise en deux parties, la première englobant l’essentiel de l’intrigue amoureuse entre Natacha, Andreï, Pierre et Anatole, la seconde basculant dans un autre type de spectacle, celui des fresques et tableaux historiques de la Campagne de Russie ? Faut-il accorder du crédit à ces critiques récurrentes à l’égard de Mathis le peintre (1935) de Paul Hindemith, qui rejettent la faute d’une absence de séduction musicale sur le dos de la reconstitution trop idéologique de la Guerre des paysans allemands de 1524, comme si l’Histoire avait trop d’atomes incompatibles avec la dimension musicale de l’opéra ? Et pour couronner le tout, sommes-nous encore dans la veine historique lorsque Moussorgski accepte de remanier son Boris Godounov (1869) en y ajoutant une intrigue amoureuse, sous prétexte qu’un opéra ne pourrait s’en passer ?
À l’occasion des représentations de Lucia di Lammermoor de Donizetti et du Prophète de Meyerbeer, l’Institut IRPALL en partenariat avec le Théâtre du Capitole réunit des spécialistes en musicologie et en histoire. Les chercheurs tentent d’éclairer la vaste question de la représentation de l’Histoire dans le champ particulier de l’opéra.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 4 Mai 2017
    Durée du programme : 52 min
    Classification Dewey : Formes dramatiques de musique vocale, opéra
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau, niveau Licence (LMD), niveau Master (LMD)
    Disciplines : Musique
    Collections : Collection Recherche & Opéra
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : LEHMANN Michel
    producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
    Réalisateur(s) : MICHAUD Nathalie
    Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : opéra et histoire, Paul Hindemith (1895-1963), histoire (dans l'opéra)
    Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l'Université Jean-Jaurès - campus Mirail et aux auteurs.
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 De Rivas à Verdi : la question du salut / Georges Zaragoza
 Verdi, la Russie et le destin, un thème profondément slave / Walter Zidaric
 Le camp de Wallenstein imaginé par Schiller et revisité par Verdi (Acte 3) / Françoise Knopper
 L'ombre du Grand Opéra meyerbeerien et l'héritage du drame romantique français dans la "Forza del destino" / Michel Lehmann
 "Pelléas et Mélisande" aux Bouffes-Parisiens (1893) / Denis Herlin
 "Pelléas et Mélisande" : les paradoxes de la scène théâtrale / Cyrielle Dodet
 Proust auditeur de "Pelléas" : éléments pour une mise en perspective de son engouement / Pierre Saby
 Pas tout à fait un opéra : remarques sur le discours lyrique lacunaire de "Pelléas et Mélisande" / Michel Lehmann
 Mythe, sexe et révolution. Le viol de Lucrèce, un mythe fondateur de la République romaine ? / Marie-Hélène Garelli
 "Que sa tâche soit seulement de dire" : Lucrèce, la violence sexuelle et la vertu politique à la Renaissance anglaise / Nathalie Rivère de Carles
 Le drame de Lucrèce vu par les peintres / Jean Nayrolles
 Lucrèce, modèle de vertu à l'aube des Lumières / Julien Garde
 Triangulaire de scènes, de nations et d’époques : "Le Viol de Lucrèce" (Obey 1931), "Lucrezia" (Respighi 1937), "The Rape of Lucretia" (Britten 1946) / Michel Lehmann
 Perceval/Parsifal, genèse et expansion d'une légende médiévale / Daniel Lacroix
 Sur les chemins du "Gral" entre raison et imagination : réécritures allemandes de la légende de "Parcival" (1750-1830) / Françoise Knopper
 Symbole, mythe et religion dans "Parsifal" / Jean-François Candoni
 Quelques "révélations parsifaliennes" portées par la littérature / Christophe Imperiali
 Debussy wagnérien : appropriation et règlement de compte dans les "Cinq poèmes de Charles Baudelaire" et "La Damoiselle élue" / Michel Lehmann
 La danse et "l'âme antique" au début du XXe siècle / Marie-Hélène Garelli
 Les partitions musicales des spectacles "antiques" dansés par Nijinski (1) : une improbable archéologie / Michel Lehmann
 Chorégraphier avec et selon Nijinski, entre Antiquité et (hyper)-modernité. Perspectives théâtrales et dramaturgiques d’après "Le Spectre de la rose", "Petrouchka" et "L’Après-midi d’un faune" / Flore Garcin-Marrou
 Promenades à travers les opéras inspirés de l’antiquité au début du 20e siècle en Europe / Walter Zidaric
 Les partitions musicales des spectacles "antiques" dansés par Nijinski (2) : une ambivalence entre antique et exotique / Michel Lehmann
 Le Symbolisme entre Décadence et Surréalisme / François-Charles Gaudard
 "Dramaturgie négative" et modèle musical dans le théâtre de Maurice Maeterlinck / Pierre Longuenesse
 Opéras symbolistes et ramifications wagnériennes : enquête de styles chez Debussy, Dukas et Korngold / Michel Lehmann
 Le symbolisme sur les scènes allemandes : le cas de Max Reinhardt / Catherine Mazellier-Lajarrige
 Vsevolod Meyerhold, le modèle musical et la scène symboliste / Muriel Plana
 Introduction au mythe de "Carmen" / Christine Calvet, Mathilde Liffraud
 "Carmen" en chansons : entre drame et couleur locale / Michel Lehmann
 Regards français sur l'Espagne du XIXe siècle : enjeux politiques, intérêts économiques, curiosités culturelles / Philippe Foro
 Regards français sur la peinture espagnole à l'époque de Georges Bizet / Jean Nayrolles
 "España" (1883) d'Emmanuel Chabrier : déconstruction d'une icône musicale / Michel Lehmann
 Le dénouement et le sens. Fin du jeu et jeux sur la fin dans le théâtre antique / Marie-Hélène Garelli
 Le tragique au Grand Siècle depuis les tragédies en musique de Lully / Yann Mahé
 « È morta ! » : formules spectaculaires de chute de rideau dans l’opéra italien de Verdi à Puccini / Michel Lehmann
 La destinée des personnages et la fin du spectacle. Dénouements / Michel Lehmann
 Opéra et parabole : Britten, Vaughan Williams et Stravinsky / Gilles Couderc
 Verdi, l'autre Shakespeare : "Macbeth", une collaboration au-delà des siècles / Nathalie Rivère de Carles
 The national Bard : la canonisation de Shakespeare en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle / Xavier Cervantès
 Du livre à la scène : Shakespeare en France au XIXe siècle / Gaëlle Loisel
 Macbeth de Verdi-Piave : une histoire à "dormir debout", en Italie sur fond de lutte patriotique en plein Risorgimento / Walter Zidaric
 Quand Verdi met en scène Macbeth : partition ou action musicale ? / Michel Lehmann
 Zémire et Azor de Grétry : renouveler l'expression des passions à travers le conte / Julien Garde
 De l'effroi à l'émerveillement : effets de style ou effets de manche dans la musique pour ballet de Tchaïkovski ? / Michel Lehmann
 Entre sources allemandes et françaises, l'inspiration première des ballets de Tchaïkovski / Walter Zidaric
 Genre, sexualité, politique : le corps du conte sur la scène chorégraphique contemporaine / Muriel Plana
 Le "Pinocchio" de Joël Pommerat : du conte à l'opéra / Pierre Longuenesse
 La représentation de l’Histoire au XIXe siècle, entre distanciation et identification / Emmanuel Reibel
 Histoire et « Romanitas » dans l’opera seria : le cas des livrets mis en musique par Handel à Londres (1711-1741) / Xavier Cervantès
 L’irruption de l’Histoire dans la maison de Dieu : prière et terreur dans "Dialogues des Carmélites" de Francis Poulenc / Hervé Lacombe
 Regards contemporains sur l’Empire romain : la "piazza Augusto imperatore" et le "Foro Mussolini" dans la Rome fasciste / Philippe Foro
 La force lyrique du proscrit : le héros préféré de Verdi ? / Michel Lehmann
 Verdi et la littérature allemande. La figure du proscrit dans "Die Räuber" et "I Masnadieri" / Jean-François Candoni
 Le proscrit populaire en Italie (XVIIIe-XIXe siècles) / Jean-Luc Nardone
 Depuis Pampelune. L’Espagne romantique et farouche d’Hugo et de Verdi / Amaia Arizaleta
 « Crois-tu donc que pour nous il soit des noms sacrés ? » : éthique et dramaturgie des proscrits dans le théâtre de Victor Hugo / Michel Lehmann
 Confessions d'un enfant de fin de siècle / Michel Lehmann
 De Nerval à Gounod, en passant par Berlioz : d’une « légende dramatique » au mythe... / François-Charles Gaudard
 Le "Faust" de Goethe, une étape décisive dans la construction du mythe faustien / Roland Krebs
 "Robert le Diable" de Meyerbeer, une source d’inspiration musicale pour le "Faust" de Gounod ? / Michel Lehmann
 Quelques idées reçues à propos du "Faust" de Gounod / Emmanuel Reibel
 L’Italie et la tradition orientale, de Marco Polo au XVIIe siècle / Jean-Luc Nardone
 De l’orientalisme exotique et hétéroclite de la fable de Carlo Gozzi ("Turandot", 1762) à l’orientalisme chinois de "Turandot" de Puccini / Cécile Berger
 Épices d’orient ou l’évolution du style puccinien à l’orientale de "Madama Butterfly" (1903) à "Turandot" (1924) / Michel Lehmann
 La mode de l’Autre en musique au tournant du XXe siècle en France : le cas Debussy / Mylène Dubiau
 Du théâtre à l’opéra : "Turandot" de Ferruccio Busoni (1905-1917) / Michel Lehmann, Jean-Jacques Groleau
 Le conte de Grimm "Hänsel et Gretel" : enfance, nature et poésie / Françoise Knopper
 L’évolution du conte littéraire de langue allemande autour de 1900 : l’exemple suggestif de 'La femme sans ombre' (1919) de Hugo von Hofmannsthal / Yves Iehl
 Engelbert Humperdinck et l’Allemagne des années 1890 : une fin de siècle entre tradition et modernité / Mechthild Coustillac
 Une réécriture du 'Petit Chaperon Rouge' de Perrault : 'Caperucita roja' de Antonio Robles (1937) / Christine Pérès
 L’opéra fragilisé par le conte ou les aventures d’un petit poucet dans le monde des cyclopes / Michel Lehmann
 Don Giovanni « grand seigneur méchant homme » et « libertin sans retour » / Didier Foucault
 Avatars hispaniques de la figure de Don Juan / Michel Moner
 Don Juan et le donjuanisme : du libertin à l'homme révolté / François-Charles Godard
 Entre Molière et Mozart : avatars du "grand seigneur méchant homme" dans la comédie classique / Renaud Bret-Vitoz
 Le code et la licence : "Don Giovanni" dans le système théâtral des aristocrates / Jean-Philippe Grosperrin
 De Gazzaniga à Mozart : mettre en musique "Don Giovanni" en 1787 / Michel Lehmann
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte