Conférence

Vers le déploiement de variétés résistantes pour diminuer les traitements phytosanitaires

Réalisation : 8 mars 2019 Mise en ligne : 8 mars 2019
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

17e Matinée des Œnologues de Bordeaux / "Le vin, ça envoie du bois"

La viticulture française doit faire face à de nouveaux défis : réduction de l’utilisation des produitsphytopharmaceutiques et adaptation au changement climatique, tout en maintenant la qualité et une diversité suffisantedes produits. L’innovation variétale est l’un des leviers qui permettra de répondre à ces défis. L’innovation variétale susciteun vif regain d’intérêt chez la vigne, avec l’obtention de nouvelles variétés qualitatives et résistantes aux deux principalesmaladies fongiques: l’oïdium et le mildiou. Cette dynamique est favorisée par des changements législatifs récentspermettant d’évaluer ces nouvelles variétés, et d’en commercialiser les vins pendant une durée déterminée et selon dessurfaces définies.

En France, l’Inra et l’IFV se sont associés et préconisent la création de variétés cumulant plusieurs gènes de résistanceafin de se prémunir contre le risque de contournement des résistances par les pathogènes. Quatre variétés issues duprogramme Inra ResDur, initié dans les années 2000 à Colmar, ont été inscrites et classées en 2018, deux rouges (ArtabanN et Vidoc N) et deux blanches (Floreal B et Voltis B). Cependant, ces premières variétés n’ont pas été sélectionnéespour un terroir spécifique, et il est bien évident que la création de variétés adaptées à une région donnée doit reposersur une sélection effectuée dans un contexte pédoclimatique précis. L’objectif poursuivi par les nouveaux programmesrégionaux (Inra/IFV/partenaires régionaux) est donc de poursuivre ce travail et de créer, en région, des variétés résistanteset de qualité adaptées aux différents terroirs.

Le processus de création variétale implique plusieurs étapes: la connaissance et la caractérisation des ressourcesgénétiques; l’étude du déterminisme génétique des caractères d’intérêt, le choix des géniteurs, les croisements etfinalement l’évaluation au vignoble des nouvelles variétés. Ce travail, très long chez la vigne, peut parfois être accélérépar l’apport de diverses méthodes telles que la culture sous serre, le recours à la sélection assistée par marqueurs, ainsique par le développement de méthodes de phénotypage rapides et haut débit.

Les quatre variétés issues du programme Inra-Resdur ainsi que d’autres variétés françaises et étrangères résistantessont testées dans le cadre de l’observatoire Oscar créé en 2017 (http://observatoire-cepages-resistants.fr/). Ce dernierpermettra d’évaluer la durabilité des résistances, la qualité des variétés dans différents terroirs et de partager cesinformations issues des premières expérimentations en conditions naturelles.

Enfin, la réussite des programmes de création variétale passe par l’implication de la filière viti-vinicole pour définirles objectifs de sélection.

>> Cédric Moisy, Institut Français de la Vigne

Thèmes
Notice
Langue :
Français
Crédits
Université de Bordeaux - Service Audiovisuel et Multimédia (Publication), Université de Bordeaux - Service Audiovisuel et Multimédia (Réalisation), Université de Bordeaux (Production)
Conditions d'utilisation
Creative Commons (BY NC)
Citer cette ressource:
Univ Bordeaux. (2019, 8 mars). Vers le déploiement de variétés résistantes pour diminuer les traitements phytosanitaires. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/100963. (Consultée le 19 mai 2022)
Contacter

Dans la même collection

Sur le même thème