Canal-U

Mon compte
CAI-RN

E.-M. GEIGL, L’importance des référentiels en paléogénomique


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/cai_rn/embed.1/e_m_geigl_l_importance_des_referentiels_en_paleogenomique.62165?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
CAI-RN
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

E.-M. GEIGL, L’importance des référentiels en paléogénomique

Eva-Maria GEIGL(1), L’importance des référentiels en paléogénomique

(1) Université de Paris, CNRS, Institut Jacques Monod

L’analyse des génomes anciens préservés dans les vestiges biologiques apporte un éclairage important à l’interprétation des sites archéologiques ainsi qu’aux grandes évolutions des populations humaines, animales et végétales des périodes pré- et protohistoriques. L’analyse des génomes anciens passe par des étapes de comparaison des séquences d’ADN ancien avec celles des génomes d’individus actuels. Ainsi on peut révéler des flux génétiques entre les individus et populations mais aussi leur proximité génétique. In fine, on pourra analyser l’évolution des gènes et donc des traits phénotypiques dans les populations au cours du temps et identifier ceux qui ont subi ou subissent encore des pressions de sélection positive et négative.

Les génomes des populations actuelles sont donc primordiaux dans l’analyse des données génomiques anciennes car leur composition oriente les interprétations. Les génomes actuellement disponibles proviennent surtout des populations humaines, mais il en existe aussi quelques-uns correspondant à des populations animales et végétales, essentiellement domestiques et d’intérêt commercial. Par contre, les jeux de données disponibles peuvent être biaisés envers certaines populations pour diverses raisons (certains groupes ethniques, certaines maladies, certains traits d’intérêt économique etc). Il est donc très important de bien prendre en compte le contexte dans lequel les jeux de données ont été créés.

Une fois que les génomes anciens sont analysés et publiés, leurs séquences doivent être déposées dans une banque de données publique. Ces génomes anciens deviennent ainsi des références eux-mêmes. Mais quelle est leur représentativité ? Ici encore, il y a des biais dont on doit tenir compte. En effet, les génomes anciens reflètent les mêmes biais que les spécimens eux-mêmes, des biais archéologiques, taphonomiques, techniques.

L’ensemble de ces biais joue un rôle clef dans le résultat de l’analyse paléogénomique et sera explicité dans mon exposé.


  •  
  •  
    Date de réalisation : 20 Mai 2021
    Durée du programme : 22 min
    Classification Dewey : Découverte des vestiges archéologiques, méthodes archéologiques, interprétation (techniques de datation)
  •  
    Catégorie : Colloques
    Niveau : Tous publics / hors niveau, niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche
    Disciplines : Sciences de l'homme, Sciences de la société
    Collections : "Nature, concepts et enjeux des référentiels en archéométrie et sciences de la conservation" 20 mai 2021
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    producteur : CAI-RN
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : référentiels, paléoanthropologie, archéométrie, paléogénétique
    Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés.
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 M. LEBON, Présentation du GT « Bases de données et référentiels » du réseau CAI-RN.
 O. PEYRON et al., Incidence des référentiels polliniques sur la quantification des paléoclimats.
 J. CAULIEZ et al., Ethnoarchéologie des traditions potières et référentiels : dialogues et questions.
 J. ROLLAND, La construction de référentiels pour l'étude de l'artisanat du verre celtique : histoire d'un défi technique.
 M. BALASSE et al. Des référentiels isotopiques pour décrire les systèmes d’élevage du passé.
 V. BERNARD, Y. COUTURIER et Y. LE DIGOL, "DendraBase" : une expérience rennaise.
 C. BRASSARD et al., Explorer l’évolution fonctionnelle de la mâchoire des chiens en s’appuyant sur des modèles établis à partir de spécimens actuels.
 E. HERRSCHER et L. MION, Référentiels isotopiques et paléoalimentation humaine : un doux rêve archéologique ?
 C. LEANDRI et al., Les référentiels de silicites en Préhistoire. Enjeux épistémologiques et choix méthodologiques de
 Y. VANDENBERGHE et al., Projet COREF : pour la conservation des échantillons d’œuvres aux C2RMF, référencement ou référentiel ?
 N. BALCAR, Les matériauthèques pour l’art contemporain : des outils pour l’archéologie de demain
 C.CHANTERAUD et al., De l’importance des références géologiques de roches ferrugineuses pour la reconnaissance des matières archéologiques.
 P. DILLMANN et S. LEROY, Référentiels pour les études des réseaux de production et de circulation des objets en fer : tentative de réflexion épistémologique
 M. DJAMALI et M. MASHKOUR, Réflexions sur la contribution des coprolithes de hyènes modernes comme référentiel pour les reconstitutions paléoenvironnementales.
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte