Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Aphasie et acalculie ou Marie et le calcul / Armelle Jacquet-Andrieu


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/aphasie_et_acalculie_ou_marie_et_le_calcul_armelle_jacquet_andrieu.11755?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Aphasie et acalculie ou Marie et le calcul / Armelle Jacquet-Andrieu

Aphasie et acalculie ou Marie et le calcul / Armelle Jacquet-Andrieu. In "Perspectives neuropsycholinguistiques sur l'aphasie - NeuroPsychoLinguistic Perspectives on Aphasia", colloque international organisé par l'Unité de Recherche Interdisciplinaire Octogone de l'Université Toulouse II-Le Mirail (France). Toulouse, 21-23 juin 2012.

Il existe peu d’études sur l’acalculie, trouble acquis du calcul arithmétique, pouvant être associé à l’aphasie. L’étude de Hécaen & al (1961), menée sur 183 patients aphasiques porteurs de troubles du calcul, commence avec les observations de Gall (1808), Lewandowski et Stadelmann (1908), etc. Henschen (1926) en précise l’anatomie fonctionnelle et distingue l’agraphie numérique (gyrus angulaire), l’aphasie des chiffres (base du pied de F3), et la faculté de calculer, « non localisable ». « L’acalculie amnésique » est associée aux troubles mnésiques.
Considérés comme des précurseurs, Peritz (1918) et Sittig (1920) distinguent trois formes de troubles du calcul : visuelle, acoustique et idéatoire (perte de la nature de l’opération, son sens). Hermann et Potzl (1928), puis Langé (1933), Skroll et Stolbun (1933) pointent la représentation de l’espace et un désordre instrumental, lié à une désorganisation de la manipulation des « catégories d’orientation dans l’espace ». Singer et Low (1933) décrivent d’autres difficultés : saisir et/ou exprimer les rapports du tout à la partie, suivre une direction à partir d’un point donné, l’incidence possible d’une dissociation automatico-volontaire et des difficultés liées à la symétrie dans l’espace. Kleist (1934) définit l’alexie et l’agraphie des nombres et une forme « idéopraxique » de cette agraphie ; pour lui, l’acalculie est un trouble du calcul mental et il précise le rôle de l’espace pour l’attribution de la valeur des chiffres d’un nombre (unités, dizaines, etc.). L’apport de Lindquist (1935) sera de rapprocher acalculie et langage : description des fonctions linguistiques, visuelles, construction d’un espace pour le traitement des nombres, « acalculie constructive » (Krapf, 1937), et il évoque la perte de « l’idée du nombre » : l’acalculie est ici un trouble sémantique. Goldstein (1948) distingue un « trouble de l’abstraction », avec perte de la notion de « valeur » du nombre et un « trouble instrumental » lié aux fonctions visuelles. 
Dès les années 60, l’étude neuropsychologique de l’acalculie fournit d’autres réponses (Lechevalier & al, 2008), Armelle Jacquet-Andrieu en présente quelques éléments clés : le modèle modulaire de McClokey & al (1985), affiné durant la décennie suivante (Pesenti & Séron, 2004), puis le triple code de Dehaene (1992), et elle lève une ambiguïté sur les notions de morphologie et syntaxe à propos de la construction des nombres, en relation avec le langage (Jacquet-Andrieu, 2001). 
Enfin, Armelle Jacquet-Andrieu expose le cas d’un sujet atteint d’une aphasie mixte sévère, par AVC, avec alexie, sans agraphie, et une acalculie majeure associées : atteinte de la reconnaissance des chiffres entendus et/ou écrits, écriture, structuration morphologique des nombres, organisation des opérations arithmétiques dans l’espace et leur conduite procédurale. La patiente est professeur agrégé de mathématiques (expert), et nous avons observé une dissociation, non recensée dans la littérature, semble-t-il : elle résout des équations du 2nd degré mais pas une addition élémentaire, sauf à user d’une stratégie coûteuse sur le plan cognitivo-procédural. 

  •  
  •  
    Date de réalisation : 22 Juin 2012
    Durée du programme : 26 min
    Classification Dewey : Psycholinguistique, Troubles de la parole et du langage (troubles de la communication, de l'articulation ; orthophonie)
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche, L3
    Disciplines : Disciplines connexes (sociolinguistique, psycholinguistique…), Psychologie clinique, neurosciences
    Collections : Perspectives neuropsycholinguistiques sur l'aphasie
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : JACQUET-ANDRIEU Armelle
    producteur : Université Toulouse II-Le Mirail
    Réalisateur(s) : BASTARD Bruno
    Editeur : SCPAM Université Toulouse II-Le Mirail
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : neuropsychologie, troubles du langage, aphasie, troubles du calcul
    Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l'Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Perspectives neuropsycholinguistiques sur l'aphasie - NeuroPsychoLinguistic Perspectives on Aphasia : ouverture
 Phonological and phonetic encoding and impairment / Marina Laganaro
 A « subtle phonetic deficit » in fluent aphasia ? An acoustic and perceptual study / Anna Marczyck
 Entre dysfonctionnement et normalité : une perspective à partir de données anatomo‐fonctionnelles obtenues auprès de sujets sains et de sujets aphasiques / Saoussan Lahyani, Cyril Dubois
 Pour une approche dynamique des réponses aphasiques obtenues en dénomination d’images : apport de l’analyse qualitative / Thi-Mai Tran
 Age of acquisition affects word retrieval in spontaneous speech produced by patients with Alzheimer's disease / Frédérique Gayraud, Mélissa Barkat-Defradas
 Compounding and lexical recursion in aphasia and in Alzheimer’s disease / Zoltán Bánréti
 Morpho-syntactic processing of regular and irregular formations in Arabic aphasia / Tariq Khwaileh
 German Broca’s and Wernicke’s aphasics display similar deficits in syntactic performance / Eva Wimmer
 Violating canonicity in Spanish agrammatism / Silvia Martínez-Ferreiro
 Sentence comprehension deficits in aphasia : additional insights from impairment-specific assessment / Sandra Hanne
 Principles of bilingual aphasia assessment and interpretation of findings / Michel Paradis
 Perioperative language assessment in multilingual patients undergoing awake surgery / Barbara Köpke
 Communication profiles and executive impairments following right-hemisphere stroke: a crosscultural perspective / Perrine Ferré
 Organisation mentale des connaissances conceptuelles relatives aux verbes d’action. Études de cas uniques / Peggy D’Honincthun
 Actualités sur la prise en charge du handicap de communication partagé dans l'aphasie : convergences entre actions associatives et recherches cliniques / Christophe Rives, Jean-Dominique Journet
 Processus mnésiques impliqués dans la production du langage écrit / Marie-Pierre de Partz
 Récupération de la capacité à dénommer des actions dans l'aphasie chronique : étude de la plasticité induite par une thérapie sémantique auprès de trois participants / Édith Durand
 Apport de la multimodalité dans les thérapies de la dénomination orale illustrée par deux cas uniques présentant des déficits lexicaux distincts / Agnès Weill-Chounlamountry
 Pantomiming what you cannot say: a study on the influence of a semantic disorder on the ability to compensate for speech loss with the use of pantomimes / Karin Van Nispen
 Zipf's law in aphasia / Marjolein Van Egmond
 Maladies neuro-dégénératives avec troubles du langage : la clinique et l'imagerie peuvent-elles prédire la physiopathologie sous-jacente ? / Catherine Sagot
 La neuropsycholinguistique au 21ème siècle : de quelques pistes prioritaires / Jean-Luc Nespoulous
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte