Conférence
Notice
Langue :
Français
Crédits
Université de Bordeaux - Service Audiovisuel et Multimédia (Publication), Université de Bordeaux - Service Audiovisuel et Multimédia (Réalisation), Université de Bordeaux (Production)
Conditions d'utilisation
Creative Commons (BY NC)
DOI : 10.60527/kj5k-a194
Citer cette ressource :
Univ Bordeaux. (2018, 16 mars). L'embolie vasculaire et la résistance à la sécheresse de la vigne , in 16e matinée des Œnologues de Bordeaux. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/kj5k-a194. (Consultée le 13 juin 2024)

L'embolie vasculaire et la résistance à la sécheresse de la vigne

Réalisation : 16 mars 2018 - Mise en ligne : 23 avril 2018
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

16e Matinée des Œnologues de Bordeaux / "Le vin, une histoire d'eau"

Le mécanisme de l'ascension de la sève dans les arbres et la composition des vaisseaux du xylème ont fait l'objet d'intenses débats au fil des ans. Les plantes sont capables de transporter rapidement l'eau jusqu'aux feuilles grâce à un système de transport qui maintient l'eau sous tension (force de traction). Ce système de transport présente toutefois son lot de problèmes, principalement le fait que l'eau sous tension est dans un état métastable et sujet à l'embolie.
La première partie de ma présentation sera consacrée à la mise en perspective de ce débat, d'un point de vue historique. Plus récemment, de nombreuses études ont conclu que certaines plantes, dont la vigne, étaient  particulièrement vulnérables à l'embolie, entrainant un niveau élevé d'embolie vasculaire, avec une récupération quotidienne. Toutefois, grâce à l'observation directe de la composition du xylème, de récentes avancées dans l'hydraulique des plantes ont démontré que, contrairement à ce que l'on croyait, l'embolie et la réparation ne sont pas fréquentes chez la vigne. Enfin, en seconde partie, je discuterai de la validité des techniques destructives standards actuelles pour mesurer la résistance à l'embolie des plantes en les comparant à l'observation directe de l'embolie chez les plantes intactes par microT à rayons X (synchrotron), une technique d'imagerie non-invasive. À titre d'exemple, nos résultats ont mis en évidence que la vigne ne peut réparer l'embolie du système vasculaire sous pression négative, mais que la segmentation de sa vulnérabilité hydraulique offre une protection importante de la tige vivace.

>> Sylvain Delzon, Directeur de Recherche, IMR Biogeco, INRA Bordeaux

Dans la même collection