Conférence
Notice
Lieu de réalisation
Rocher de Palmer, Cenon
Langue :
Français
Crédits
Elisa Marguerit (Intervention)
Détenteur des droits
Université de Bordeaux
DOI : 10.60527/vj3t-yp21
Citer cette ressource :
Elisa Marguerit. Univ Bordeaux. (2024, 12 mars). Que faire pour résoudre l'énigme de la tolérance à la sécheresse induite par les porte-greffes de vigne ? , in 21e Matinée des Œnologues de Bordeaux. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/vj3t-yp21. (Consultée le 18 juin 2024)

Que faire pour résoudre l'énigme de la tolérance à la sécheresse induite par les porte-greffes de vigne ?

Réalisation : 12 mars 2024 - Mise en ligne : 28 mars 2024
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Les porte-greffes constituent un large champ d’investigations et amènent de nombreuses interrogations de la part des professionnels. Une partie des questions que se posent les vignerons peuvent trouver des réponses à partir du site de PlantGrape (https://plantgrape.plantnet-project.org/fr/porte-greffes) ou du portail d’information créé par l’UMR EGFV (https://www6.inra.fr/porte-greffe-vigne).

En préambule incontestable, il est crucial de rappeler que le porte-greffe permet de résister de manière durable contre le phylloxéra qui est toujours présent dans nos vignobles.La tolérance à la sécheresse des porte-greffes est bien connue empiriquement mais les mécanismes qui la sous-tendent ne sont pas clairement identifiés.
Ce travail d’identification de caractères marqueurs de la tolérance à la sécheresse est pourtant important afin de caractériser le plus précocement possible, au stade plantule, les individus qui seraient performants.

Pour répondre à la question du « comment le portegreffe peut agir sur l’adaptation à la sécheresse », trois catégories de mécanismes sont identifiées : la première concerne la capacité d’extraction de l’eau, la seconde, le transfert de l’eau du porte-greffe vers le greffon et la troisième, les pertes en eau par la surface foliaire et leurs régulations. Les recherches françaises conduites sur les porte-greffes s’appuient sur deux stratégies : la création de nouveaux porte-greffes et l’évaluation de portegreffes existants (dispositif GreffAdapt).

Des avancées importantes ont eu lieu au cours des dix dernières années. Des ressources génétiques sont disponibles en France (dispositif GreffAdapt et croisements en cours d’études) et sont d’ores et déjà caractérisés. La recherche de caractères associés à la tolérance à la sécheresse n’a pas encore abouti mais les travaux se poursuivent en privilégiant les expérimentations au champ, la mesure du δ13C, la prise en compte du rendement et l’étude de la plasticité des  caractères en fonction du greffon et du statut hydrique. Les travaux en cours visent en particulier à bien appréhender les interactions porte-greffe × greffon, à mieux caractériser le système racinaire sur un grand nombre d’individus mais aussi à travailler sur le rôle du microbiome et son interaction avec le porte-greffe. Il convient de rappeler que de tels travaux sur le matériel végétal demande du temps, pas toujours en accord avec le temps de notre fonctionnement sociétal actuel.

Les travaux des variétés résistantes avaient commencé dans les années 70 pour aboutir à une première vague d’inscription en 2018. Si ces délais doivent être accélérés, il sera alors nécessaire d’accepter des erreurs et de plus grandes incertitudes sur les résultats produits.

Intervention

Dans la même collection

Sur le même thème