Documentaire

Ébola, ce n'est pas une maladie pour rire

Réalisation : 16 mai 2007 Mise en ligne : 16 mai 2007
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

2007 F. Brunnquell, A. Epelboin & P. Formenty  Ebola,c’est pas une maladie pour rire / Ebola : no laughing matter, (Congo),51 mn 28, Prod. CAPA

Versions anglaise et espagnole

EBOLA : NO LAUGHING MATTER

EL ÉBOLA NO ES UNA ENFERMEDAD PARA LAS RISAS

Comment parer à une urgence médicale tout en respectant les coutumes et les croyances d'une population ? Et comment sensibiliser des familles en détresse aux dangers d'un virus meurtrier ? Retour au Congo sur les lieux d'une épidémie effrayante. Ebola : un virus redoutable qui tue 85 % des personnes infectées. En 2003, l'épidémie de fièvre hémorragique dont il est le responsable a fait cent cinquante-sept victimes, dans les villages isolés du nord du Congo, avant d’être contrôlée. C’est dans cette région, à plusieurs journées de piste de la capitale Brazzaville, que la caméra de Frédéric Brunnquell entraîne le téléspectateur, quatre ans après la catastrophe, "pour comprendre comment une épidémie foudroyante bouleverse une société et donner la parole à des gens qui n'existent habituellement que sous la forme de statistiques dans les bulletins épidémiologiques". Mais, sur place, rien n'a changé et les langues ne se délient pas facilement. Les habitants pensent toujours que le virus est une arme utilisée par de puissants sorciers pour les tuer. L'évocation même de la maladie risque d'attirer le mauvais sort. L’arrivée des Blancs ravive les mauvais souvenirs, d’autant plus que l’équipe médicale venue combattre l’épidémie en 2003 a été accusée, tout comme les soignants et les bénévoles de la Croix-Rouge locale, de répandre la maladie. Devant le fossé des cultures et l'incompréhension de la population - qui ont coûté la vie à quatre personnes considérées comme des sorciers et lynchées -, l’OMS avait fait appel à un anthropologue pour essayer d'adapter les pratiques médicales aux coutumes des autochtones. Pendant toute la durée de son séjour, le Dr Alain Epelboin n’a jamais cessé de filmer. Ce sont ses images qui permettent de revenir en arrière, de replonger dans le contexte douloureux et terriblement complexe de l’époque, de comprendre les peurs et les motivations des villageois, mais aussi de suivre le travail délicat des soignants.Les films du chercheur donnent également la possibilité aux bénévoles africains de s'exprimer, d'affirmer leurs convictions, de se rassurer sur le bien-fondé de leur action, eux qui sont encore aujourd'hui confrontés chaque jour à l’hostilité de ceux qu’ils ont contribué à sauver. ImagesAlain Epelboin & Frédéric BrunnquellSonMichel Thoret & Alain EpelboinMontageAnne-Marie SanglaEtalonnageBertrand DargentMixageCristinel SirliAssistants vidéo Jeremy Laval & Pierre sudreRemerciements- Les acteurs du film et la population de la Cuvette ouest du Congo- Les volontaires de la Croix-Rouge congolaise- Les autorités régionales congolaises- Le CNRS MNHN Paris- Le Ministère de la santé congolais- OMS Afro- OMS Congo- OMS Genève- Le réseau international anthropologique de réponse aux FHVLes images des épidémies de fièvre hémorragique à virus Ebola sont extraites des films « Ebola au Congo 2003 » www.ecoanthropologie.frDirection de la ProductionIsabelle Fuhrmann & Nadia LhassenAttachée de presse CapaMichèle SebbagProducteur ExécutifJean-Paul BillaultProducteur DéléguéHervé ChabalierUne production CAPA avec la participation de France 5Unité documentairesCarlos PinskyHervé Guérin Philippe Le Moreet le concours du Centre National de la Cinématographie© CAPA – mai 2007

Intervenants
Thèmes
Notice
Contacter
Documentation

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants

Sur le même thème