Canal-U

Mon compte
Archives audiovisuelles Langues et Cultures du Monde

Tangun : personnage historique ou mythique?


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/alcm/embed.1/tangun_personnage_historique_ou_mythique.17823?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Tangun : personnage historique ou mythique?

 « Dans les temps anciens vivait Hwanin, connu comme le roi de l'empire céleste. Hwanin avait beaucoup de fils (princes), dont Hwanung, qui était différent de ses frères. Hwanung, bien que vivant par lui-même dans l'empire céleste, n'avait pas particulièrement d'intérêt pour celui ci, mais uniquement pour le monde des hommes, qui se trouvait sous le ciel.

Le monde des hommes, comme l'empire céleste, ne paraissait pas paisible. Dans le monde des hommes, les gens plus faibles (sans force) étaient assaillis par les gens puissants (avec de la force), et les personnes soit se querellaient entre elles, soit commettaient des mauvaises actions. En observant cela, Hwanung trouva la situation pitoyable.

Alors, le roi de l'empire céleste donna à Hwanung un objet aux vertus magiques et lui dit de descendre sur le monde des hommes pour les gouverner. Ces objets magiques, les « trésors du ciel », étaient actuellement un miroir, un couteau et une clochette. Hwanung se fit accompagné par le dieu (chargé) du vent et le dieu (chargé) de la pluie, ainsi que le dieu (chargé) des nuages et 3000 suivants, et il descendit sur la terre du monde des hommes.

À peine était il descendu sur terre qu'il créa un autel dans un lieu élevé, pour rendre hommage à l'empire céleste. De plus, il créa un village ci-bas. Les gens l'appelèrent « Hwanung le Roi divin ». Hwanung le Roi divin leur fit cultiver la terre. En outre, il leur montra comment guérir la maladie. Il donna des récompenses aux personnes effectuant un bon travail, et il infligea des pénitences aux personnes effectuant un mauvais travail.


Dans le lieu que Hwanung dirigeait existait une certaine grotte, où à l'intérieur vivaient un ours et un tigre. Cet ours et ce tigre étaient envieux des personnes se tenant sur deux jambes et se promenant. De plus, les animaux ordinaires ne pouvaient pas se comparer avec les humains, à tel point qu'ils étaient envieux des choses intelligentes. Ainsi, quand Hwanung les trouva, ils le supplièrent de les transformer en personne.

Alors que Hwanung leur donna de l'armoise et de l'ail aux vertus magiques, il leur dit : « Durant 100 jours, vous ne verrez pas la lumière du soleil, et vous devrez manger cette armoise et cet ail à l'intérieur de la grotte, en attendant. Alors seulement votre vœu de devenir humain pourra être exaucé ».

L'ours et le tigre, après avoir répondu avec confiance qu'ils feraient ainsi, prirent avec eux l'armoise et l'ail et se rendirent à l'intérieur de la grotte. Au bout de quelques jours passés dans la grotte, ce genre de quotidien rendit le tigre fou. L'ours le consola en lui disant qu'il ne devait patienter qu'encore un peu. Cependant, le tigre voulait manger de la viande et courir dans la montagne et les champs à volonté. À la fin, il craqua, et sortit de la grotte.

Même si l'ours se sentait seul sans le tigre à l'intérieur de la grotte, son espoir de devenir une personne le fit patienter encore et encore. Le centième jour arriva et l'ours sorti à l'extérieur. Cependant, de son apparence d'ours, elle s'était déjà transformée en femme humaine. Cette femme s'appela Ungnyeo.


Ungnyeo, pareillement aux femmes normales, voulait se marier et avoir un enfant. Ainsi, elle se rendit tous les jours à l'autel et elle pria avec la plus grande dévotion pour pouvoir donner naissance à un enfant. En la voyant prier chaque jour sans exception, Hwanung fut ému. Hwanung pris la forme d'un homme et épousa Ungnyeo.

Ungnyeo, comme elle le souhaitait, tomba enceinte, et donna naissance à un garçon en bonne santé. Cet enfant, au fur et à mesure qu'il grandissait, et pareillement à Hwanung, devint intelligent et courageux. Après que des années se soient écoulées, cet enfant pris la succession de Hwanung et gouverna le monde des hommes.

Il fut nommé Tangun Wanggeom. Tangun fixa la capitale au château de Pyongyang et édifia un pays. Ce pays, qui fut en premier lieu bâti par les Coréens, se nomma Kojoseon. »


Voici l'histoire de Tangun, le père fondateur de la Corée.

Bien que cette histoire semble être une simple légende, du moins à nos yeux d'étudiantes françaises, Tangun est un personnage important, autant en Corée du Nord que du Sud.

Cette particularité, accompagnée de la présence de véritables croyants en ce mythe, nous a amené à choisir ce thème comme objet d'étude. À travers cette vidéo, et ses différents entretiens, nous avons souhaité démontrer l'ampleur de l'influence de Tangun dans la société coréenne.  


  •  
  •  
    Date de réalisation : 16 Avril 2015
    Durée du programme : 20 min
    Classification Dewey : Asie du Sud. Inde, Mythologie et fondements mythologiques, Autres langues
  •  
    Catégorie : Entretiens, Témoignages
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Histoire Moderne et Contemporaine : Monde, Histoire ancienne et médiévale, Sociologie des cultures
    Collections : Civilisations et cultures du monde, Asie, coréen
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : Maurus Patrick, CHOE Jeong-U
  •  
    Langue : FRA, coréen
    Mots-clés : société, histoire, mythe, religion, Corée, tangun , littérature, philosophie
    Conditions d’utilisation / Copyright : Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ © ODORICO Jordane, Etudiante CFI-L2, INALCO, Paris, France, 2015 © BOINQUET Lauren, Etudiante CFI-L2, INALCO, Paris, France, 2015 © MILTAT Charline, Etudiante CFI-L2, INALCO, Paris, France, 2015
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Le cinéma coréen et sa réception en France
 Le tatouage d'inspiration asiatique - Rencontre avec un tatoueur
 LA FABRICATION ARTISANALE DU OUD
 L'aïkido 合気道 l'harmonisation des énergies
 Le tarot divinatoire à Paris
 Paris, maison de la Haute Couture
 Le sport électronique : Une pratique nouvelle génération
 La gastronomie malaisienne pose ses couverts à Paris
 La tunique intemporelle du Vietnam : "Le áo dài"
 Témoignage de la vie paysanne à Velle-sur-Moselle en Lorraine Interview avec mon grand-père
 Le rouleau animé des Dix Rois des enfers chinois - Film d'animation 十殿阎罗 Ten Kings of Hell
 L'INFLUENCE DU JAZZ
 La voie du sabre - kendô 剣道
 La diversité culturelle et linguistique dans la résidence AEPP
 Hansik : L'art gastronomique coréen et ses règles de bienséance
 Taiko : De l'art du tambour
 La Kora : la harpe d’Afrique de l’ouest
 Le Nouvel An Lunaire Coréen - Seollal
 Entretien avec Dramé, couturier malien à Paris
 La danse traditionnelle coréenne vue par une danseuse de Busan
 La vie d'une danseuse indonésienne à Paris : entretien avec Anestesya Primadhini
 A la découverte de la danse traditionnelle coréenne ( 한국무용)
 Le Théâtre Picard "Chés Cabotans d'Amiens"
 Le Ta'arof, l'art de la politesse iranienne
 L'étude et la transmission du chinois à l'Inalco : entretiens au coeur du département "Etudes chinoises"
 L'Art de la Danse Orientale: une tradition à préserver
 Le p'ansori, chant traditionnel coréen
 Le Nian Gao, gâteau du nouvel an chinois
 Entretien sur la pratique d'un art martial indonésien : le Pencak-Silat
 La danse tahitienne en France
 KHAO TOM KHAI - Quelques rituels culinaires bouddhistes
 La calligraphie chinoise
 Les expatriés japonais en France : la sauvegarde de leur patrimoine
 Entretien avec Anup Singh à propos de son film Qissa
 Entretien sur une tradition d'Asie: le nouvel an lunaire à l'INALCO
 Vivre une double culture - Témoignage d'un couple métis
 Enjeux identitaires et esthétiques dans les pratiques de soins aux cheveux crépus en France
 Le kimchi : le plat incontournable des coréens
 Danses classiques indiennes
 Les onomatopées coréennes : une richesse linguistique
 La vie de métissage: Franco-Indonésienne
 La céramique coréenne : Un art traditionnel
 Danse classique khmère - Maison du Cambodge (Cité Universitaire, Paris)
 Meishin - Les superstitions japonaises
 Patrimoine traditionnel et pérennité de la musique Gnawa
 Le Maalouf Tunisien, la musique traditionnelle tunisienne arabe-andalou
 Le pèlerinage de Shikoku: entretien et témoignage d'un pèlerin japonisant
 Les catholiques chinois de Paris, métissages culturels et intergénérationnels
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte