Entretien
Notice
Lieu de réalisation
Lomié, Moangue le Bosquet, Messea-Cameroun
Langue :
Français
Crédits
Laurent MAGET (Réalisation), Laurent Maget (Intervention)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés Laurent Maget / CNRS
DOI : 10.60527/h2ta-st89
Citer cette ressource :
Laurent Maget. SMM. (2010, 2 mai). Croissance des pygmées Baka / Mission 2010 , in anthropologie médicale. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/h2ta-st89. (Consultée le 16 juin 2024)

Croissance des pygmées Baka / Mission 2010

Réalisation : 2 mai 2010 - Mise en ligne : 22 novembre 2017
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Fernando Victor Ramirez Rozzi_Directeur de RechercheLaboratoire Dynamique de l'évolution humaine UPR 2147-CNRS

Alain Froment_Directeur de RechercheLaboratoire Patrimoines locaux et gouvernance - (PaLoc) UMR  208 IRD

Développement scientifique détaillé :À l'exeption de deux travaux basés sur l’étude des individus de la naissance à 5 ans, la chronologie de la croissance des Pygmées n'a jamais été documentée. Il est possible de suivre la croissance de l’individu, mais si l'on ne connaît pas son âge exact, on ne sait pas comment évolue chaque étape, c’est à dire l’enfance, l’adolescence, la maturité. Il est clair que des données chronologiques sont obligatoires pour n'importe quelle compréhension de modèle de croissance. À la différence des travauxprécédents, nous disposons de la date de naissance des individus étudiés.Des sœurs européennes établies au Bosquet (Cameroun) enregistrent les naissances des pygmées Baka voisins. La collecte des dates de naissance de cette population a commencé très tôt après la fondation de la mission, dans les années 70 donc. Malheureusement, les cahiers dont on dispose ne commencent qu’à la fin 87, car les registres précédents ne nous sont pas parvenus.... Ces registres depuis 1987 nous ont été rendus disponibles, nous permettant de donner un âge précis à chaque enfant.Notre hypothèse est que la croissance chez les pygmées Baka présente des aspects particuliers qui la différencient de celle des groupes voisins et qui expliquent la taille adulte réduite de cette population. Tous les travaux précédents sur les Pygmées se sont concentrés seulement sur un aspect de la croissance méconnaissant l'évidence d'autres disciplines. Or il est indispensable d’intégrer les données anthropologiques à celles de la génétique et de l’endocrinologie pour comprendre la croissance.Dès le début, il fut décidé de développer un projet multidisciplinaire qui incorporerait des aspects médicaux, des aspects biologiques de type biochimique / endocrinologique, des aspects génétiques, et des aspects biométriques, c‘est à dire une approche sur la croissance qui mène à la fois l’établissement de mesures de poids, de taille et de proportion corporelle et d’autre part des mesures d’éruption dentaire et, bien sûr, de combiner le calendrier chronologique fournis par les âges exacts avec les données endocrinologiques, les poids, les tailles, les proportions des enfants et leur âge dentaire. Nos résultats permettront de décrire la croissance chez les pygmées Baka en décrivant la quantité de changement par unité de temps et toute la variation au cours de l’ontogénèse. Ils rendront aussi possible de connaître la durée de la croissance et de préciser les âges auxquels chaque étape de la croissance a lieu. Les résultats endocrinologiques et génétiques montreront les mécanismes responsables de la croissance au niveau moléculaire à chaque étape en précisant l’âge des changements hormonaux. Les rapports entre changements hormonaux et modifications somatiques seront établis. Les standards de croissance ainsi obtenus seront comparés à ceux des populationsbantoues voisines des Baka, et à ceux déjà connus des populations européennes.

Le suivi de cette population ainsi que de groupes bantous habitant la même région géographique et en ayant une économie de subsistance proche de celle des Baka a commencé en 2007 et se poursuivra pendant 8 ans.Nous sommes donc vraiment dans un projet d’anthropologie biologique, sachant que la vocation première de L’anthropologie biologique est de décrire la diversité dans l’espèce humaine, qu’elle soit sur le plan morphologique ou génétique et, après l’avoir décrite, après l’avoir étudiée, l’expliquer. Donc l’expliquer en terme de sélection naturelle ou en terme de processus sociaux.

Communiqué de presse CNRS : Le développement des Pygmées révèle l'importance de la plasticité de la croissance dans l'évolution humaine

image-son-montage-réalisation : Laurent Maget

Intervention

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants et intervenantes

Sur le même thème