Conférence
Chapitres
Notice
Lieu de réalisation
Toulouse, Théâtre du Capitole
Langue :
Français
Crédits
Nathalie Michaud (Réalisation), Université Toulouse-Jean Jaurès (Production), Le Vidéographe - Maison de l'Image et du Numérique / UT2 (Publication), Jean-Fabrice Chassot (Intervention)
Détenteur des droits
Tous droits réservés à l'Université Jean-Jaurès et aux auteurs.
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
Citer cette ressource :
Jean-Fabrice Chassot. UT2J. (2022, 12 mai). "Le Barbier de Séville" de Beaumarchais, démesure et tempo / Fabrice Chassot , in Le barbier de Séville de Rossini : les rouages et les recettes d’un succès. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/117334. (Consultée le 24 juin 2024)

"Le Barbier de Séville" de Beaumarchais, démesure et tempo / Fabrice Chassot

Réalisation : 12 mai 2022 - Mise en ligne : 11 juillet 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Le Barbier de Séville de Beaumarchais, démesure et tempo / Fabrice Chassot, in "Autour de l'opéra de Gioachino Rossini. Les rouages et les recettes d’un succès", journée d'étude organisée par l'Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL) de l'Université Toulouse-Jean Jaurès dans le cadre d'un partenariat avec le Théâtre du Capitole, sous la responsabilité scientifique et la coordination de Michel Lehmann et Christine  Calvet. Université Toulouse-Jean Jaurès, Théâtre du Capitole, 12 mai 2022.

Pilier du répertoire lyrique depuis sa création en 1816, Il Barbiere di Siviglia de Rossini est une énième adaptation de la pièce de Beaumarchais donnée pour la première fois en 1775. Si la version de Paisiello de 1782 a manifestement tenté de tenir tête à l’opéra de Rossini, et de ce fait survécu dans la mémoire collective des amateurs, les adaptations de l’Américain Alexander Reinagle (1794), de l’Anglais Samuel Arnold (1796), du Français Nicolas Isouard (1796) et de l’Italien Francesco Morlacchi (1816) sont oubliées. Cependant, ce sont bien des preuves du succès et des qualités dramaturgiques de la pièce de théâtre et elles soulignent encore davantage le fait que le texte de Beaumarchais sollicitait déjà de la musique avec ses chansons, écrites à l’époque par Antoine-Laurent Baudron, conservant la trace d’un projet initial d’opéra-comique abandonné par la suite. Les chercheurs réunis par l’Institut IRPALL de l’Université de Toulouse Jean Jaurès, en partenariat avec l’Opéra national du Capitole, aborderont sous divers angles, disciplinaires et méthodologiques, les potentialités et les mérites de la version rossinienne. La carrière rapidement internationale de l’opéra a donné à son ouverture orchestrale, aux airs du Factotum et de la Calomnie une place si singulière dans la culture populaire qu’il est nécessaire de recontextualiser leurs attraits. À l’instar de ses compatriotes compositeurs, Rossini a répondu à de nombreuses commandes d’opere buffe qui impliquent un cadre esthétique et dramaturgique stabilisé, des thèmes récurrents, des effets scéniques stéréotypés et un style musical calibré. Autant de rouages devenus des recettes que la version du Barbiere de Rossini exploite pleinement. Aurait-elle su mieux jouer avec ces recettes que d’autres opéras, comme L’Italiana in Algeri ou La Cenerentola, pour bénéficier d’un tel succès ? La pièce de Beaumarchais aurait- elle des qualités comiques supérieures que Rossini aurait su mieux développer ? Et si le mérite ne tenait qu’à la grande maîtrise d’une tradition incontestée et appréciée ?

Mots clés : Théâtre (genre littéraire) ; Théâtre -- France -- 18e siècle ; Beaumarchais, Pierre-Augustin Caron de (1732-1799). Le barbier de Séville ; Comique (littérature) ; Comédie ; Adaptation pour l'opéra

Intervention
Thème
Documentation

ROSSINI, Gioachino (1816). Il Barbiere di Siviglia. Par l'Orchestre et les chœurs du théâtre de la Scala de Milan sous la dir. de Claudio Abbado, avec Hermann Prey, Teresa Berganza, Luigi Alva, Enzo Dara, Paolo Montarsolo, 1972, 2h20. Sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=oSjyDH4MJCc

ROSSINI, Gioachino. Il Barbiere di Siviglia, Acte I, "Ecco ridente in cielo" [la cavatina d'Almaviva], interprété par Alfredo Kraus, 1987, 4'19". Sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=m8wqFJRNeMw

ROSSINI, Gioachino (1816). Il Barbiere di Siviglia, Act I, Finale : "Mi par d'esser con la testa". Par the Royal Opera Chorus avec Joyce DiDonato, Juan Diego Flórez, Pietro Spagnoli [Londres, 2009], 2'34". Sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=8E0ZoR4tbPE

ROSSINI, Gioachino (1816). Il Barbiere di Siviglia, Act I : “A un dottor della mia sorte”, interprété par l'Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie avec Riccardo Novaro sous la dir. d'Antonello Allemandi, Rouen, 2019, 6'08", sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=_2RSGFTZ16Y

ROSSINI, Gioachino (1816). Il Barbiere di Siviglia, Act II : “Bravo, signor barbiere, ma bravo”, interprété par l'Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie avec Riccardo Novaro sous la dir. d'Antonello Allemandi, Rouen, 2019. Extrait de 1h51'10" à 1h54'24" sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=vqJW1h5sDhc

ROSSINI, Gioachino (1816). Il Barbiere di Siviglia, Acte I : "Pace e gioia sia con voi" [Almaviva déguisé en maître de musique], interprété par le Stuttgart Radio Symphony Orchestra dirigé par Gabriele Ferro, avec David Kuebler et Carlos Feller. Schwetzingen Festpiele, 1988, 2'25", sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=mssEdAZkuXw

ROSSINI, Gioachino (1816). Il Barbiere di Siviglia, Acte I : "All'idea di quel metallo", interprété par l'Orchestre de Picardie dirigé par Arie van Beek avec Taylor Stayton et Armando Noguera, Lille, 2013. Extrait de 32'25" à 38'30", sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=eBjBEtrcaMU

ROSSINI, Gioachino (1816). Il Barbiere di Siviglia, Acte I : "Ehi, di casa, buona gente" [Almaviva déguisé en cavalier cherche à se loger chez Bartolo] avec Max René Cossotti, Claudio Desderi et Maria Ewing. Glyndebourne Festival Opera, 1981, 9'58", sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=KU6r4wcyRME

ROSSINI, Gioachino (1816). Il Barbiere di Siviglia, Act II : "Zitti, zitti, piano, piano", par the Gulf Coast Symphony, avec Isabel Leonard, Lawrence Brownlee et Christopher Maltman. Metropolitan Opera, 2015, 2'11" sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=2dprmPPVfas

YVERNAULT, Virginie (2016). Des mémoires judiciaires à la trilogie de Beaumarchais : « il y a de l’écho ici ! », in Stéphane Lojkine (dir.), "Dissidence, déviance, décentrement", MaLiCE, 6, 2016. [En ligne : https://cielam.univ-amu.fr/malice/gout-lettres-dissidence-deviance-decentrement].

BAHIER-PORTE, Christelle (2015). “Depuis quand suis-je méconnu ? ”: être, nommer, connaître dans la trilogie de Beaumarchais, in Isabelle Degauque (dir.), Lectures de Beaumarchais, Presses universitaires de Rennes, 107-122. [En ligne : https:/hal.archives-ouvertes.fr/halshs-01892151].

FAZIO, Mara, FRANTZ, Pierre (2015). La Fabrique du théâtre : avant la mise en scène (1650-1880). Paris, Desjonquères Éditions, 443 p.

GOLDZINK, Jean (2008). Beaumarchais dans l’ordre de ses raisons. Saint-Genouph, Librairie Nizet, 220 p.

ZARAGOZA, Georges (2006). Le personnage de théâtre. Paris, Éditions Armand Colin, 180 p.

SCHERER, Jacques (2004). La dramaturgie de Beaumarchais. Saint-Genouph, Librairie Nizet, 280 p. [5e édition].

BEAUMARCHAIS, Pierre-Augustin Caron (2003). Le Tartare à la Légion. Édition établie et annotée par Marc Cheynet de Beaupré. Bègles, Éditions Castor Astral, 228 p. [2ème éd.].

GÉRAUD, Violaine (2000). Mémoires contre Goëzman : de la tradition du factum à la scénographie théâtrale, Revue d'Histoire littéraire de la France, 100, 1105-1115.

GOLDZINK, Jean (2000). Comique et comédie au siècle des lumières. Paris, Éditions L'Harmattan, 386 p.

LEVER, Maurice (2000). Beaumarchais et la musique, Revue d'histoire littéraire de la France, 4, 1093-1104. [En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5623686h/f7].

FRANTZ, Pierre (1998). L'esthétique du tableau dans le théâtre du XVIIIe siècle. Paris, Presses universitaires de France, 266 p.

ROSSINI, Gioachino (1816). Le Barbier de Séville, opéra-comique en quatre actes d'après Beaumarchais. Paroles françaises de L. V. Durdilly. Partition intégrale piano et chant transcrite par L. Narici, 118 p.  [En ligne : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0000337325/v0001].

STERBINI, Cesare (1816). Le Barbier de Séville / Il Barbiere di Seviglia. Livret en français et italien. [En ligne : https://www.murashev.com/opera/Il_barbiere_di_Siviglia_libretto_French_Italian].

BEAUMARCHAIS, Pierre-Augustin Caron (1876). Lettre modérée sur la chute et la critique du Barbier de Séville, in Œuvres complètes. Texte établi par Édouard Fournier, Paris, Laplace, 67-74. [En ligne : https://fr.wikisource.org/wiki/Le_Barbier_de_S%C3%A9ville/Lettre_mod%C3%A9r ou https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k29634h].

BEAUMARCHAIS, Pierre-Augustin Caron [1775] (1876). Le Barbier de Séville ou La Précaution inutile, in Oeuvres complètes. Texte établi par Édouard Fournier. Paris, Laplace, Sanchez et Cie Libraires-Éditeurs, 74-103. [En ligne : https://fr.wikisource.org/wiki/Le_Barbier_de_S%C3%A9ville ou https://theatre-classique.fr/pages/pdf/BEAUMARCHAIS_BARBIERDESEVILLE.pdf ou https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62317430/f148.item].

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants et intervenantes

Sur le même thème