Conférence
Chapitres
Notice
Lieu de réalisation
Toulouse, théâtre du Capitole
Langue :
Français
Crédits
Nathalie Michaud (Réalisation), Université Toulouse-Jean Jaurès (Production), Le Vidéographe - Maison de l'Image et du Numérique / UT2 (Publication), Damien Colas (Intervention), Michel Lehmann (Intervention)
Détenteur des droits
Tous droits réservés à l'Université Toulouse-Jean Jaurès et aux auteurs
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
Citer cette ressource :
Damien Colas, Michel Lehmann. UT2J. (2022, 12 mai). "Le Barbiere" de Rossini à travers ses ensembles vocaux / Damien Colas [lu par Michel Lehmann] , in Le barbier de Séville de Rossini : les rouages et les recettes d’un succès. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/117330. (Consultée le 19 juin 2024)

"Le Barbiere" de Rossini à travers ses ensembles vocaux / Damien Colas [lu par Michel Lehmann]

Réalisation : 12 mai 2022 - Mise en ligne : 11 juillet 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Le Barbiere de Rossini à travers ses ensembles vocaux / Damien Colas [lu par Michel Lehmann], in "Autour de l'opéra de Gioachino Rossini. Les rouages et les recettes d’un succès", journée d'étude organisée par l'Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL) de l'Université Toulouse-Jean Jaurès dans le cadre d'un partenariat avec le Théâtre du Capitole, sous la responsabilité scientifique et la coordination de Michel Lehmann et Christine  Calvet. Université Toulouse-Jean Jaurès, Théâtre du Capitole, 12 mai 2022.

Pilier du répertoire lyrique depuis sa création en 1816, Il Barbiere di Siviglia de Rossini est une énième adaptation de la pièce de Beaumarchais donnée pour la première fois en 1775. Si la version de Paisiello de 1782 a manifestement tenté de tenir tête à l’opéra de Rossini, et de ce fait survécu dans la mémoire collective des amateurs, les adaptations de l’Américain Alexander Reinagle (1794), de l’Anglais Samuel Arnold (1796), du Français Nicolas Isouard (1796) et de l’Italien Francesco Morlacchi (1816) sont oubliées. Cependant, ce sont bien des preuves du succès et des qualités dramaturgiques de la pièce de théâtre et elles soulignent encore davantage le fait que le texte de Beaumarchais sollicitait déjà de la musique avec ses chansons, écrites à l’époque par Antoine-Laurent Baudron, conservant la trace d’un projet initial d’opéra-comique abandonné par la suite.
Les chercheurs réunis par l’Institut IRPALL de l’Université de Toulouse Jean Jaurès, en partenariat avec l’Opéra national du Capitole, aborderont sous divers angles, disciplinaires et méthodologiques, les potentialités et les mérites de la version rossinienne. La carrière rapidement internationale de l’opéra a donné à son ouverture orchestrale, aux airs du Factotum et de la Calomnie une place si singulière dans la culture populaire qu’il est nécessaire de recontextualiser leurs attraits. À l’instar de ses compatriotes compositeurs, Rossini a répondu à de nombreuses commandes d’opere buffe qui impliquent un cadre esthétique et dramaturgique stabilisé, des thèmes récurrents, des effets scéniques stéréotypés et un style musical calibré. Autant de rouages devenus des recettes que la version du Barbiere de Rossini exploite pleinement. Aurait-elle su mieux jouer avec ces recettes que d’autres opéras, comme L’Italiana in Algeri ou La Cenerentola, pour bénéficier d’un tel succès ? La pièce de Beaumarchais aurait-elle des qualités comiques supérieures que Rossini aurait su mieux développer ? Et si le mérite ne tenait qu’à la grande maîtrise d’une tradition incontestée et appréciée ?

Mots clés : Opéra -- Italie -- 18e siècle -- Interprétation ; Le Barbier de Séville (opéra - 1775) ; Rossini, Gioachino (1792-1868) ; Relations musique-texte ; Musique vocale ; Ensembles vocaux ; Contre-imitation

Intervention
Thème
Documentation

ROSSINI, Gioachino. L'Italiana in Algeri, Acte I, stretta del finale, interprété par l'orchestre et les choeurs du Metropolitan Opera sous la dir. de James Levine avec Marilyn Horne, Douglas Ahlstedt, Paolo Montarsolo, Allan Monk,1986. Extrait à partir de 01'34", sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=lk31ZxLMLmk

ROSSINI, Gioachino. Le Barbier de Séville, Acte I, "Mille grazie, mio signore", sous la dir. d'Alceo Galliera, opéra de Lille, 2013. Extrait à écouter de 15'19" à 17'08, sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=eBjBEtrcaMU

ROSSINI, Gioachino. Le Barbier de Séville, Acte I, Finale, par Chorus and Orchestra of the Metropolitan Opera sous la dir. de  Maurizio Benini, avec Peter Mattei, Joyce DiDonato, Juan Diego Flórez [2007]. Extrait à écouter de 1h26'23" à 1h34'29", sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=vAxCvyxjI5A

ROSSINI, Gioacchino. Le Barbier de Séville : "Largo al factotum", Acte II, "Ah! qual colpo inaspettato!", interprété par Florian Sempey, Paris, Théâtre des Champs Élysées, 2017. Écouter de 2h14'12" à 2h20'21", sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=tLmidSKsEVo
ou
ROSSINI, Gioachino. Le Barbier de Séville, Acte II, "Ah! qual colpo inaspettato!", par l'Orchestra di Padova e del Veneto sous la dir. de Giovanni Battista Rigon, avec Cüneyt Ünsal, Dionigi D'Ostuni, Concetta D'Alessandro. Vicenza, Teatro Olimpico 2008, sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=HTb7jwNmjMU

 

TRIQUENAUX, Maxime (2021). Les ailes de Calomnie. L’actualisation de l’allégorie de la Fama antique dans la scène 8 de l’acte II du Barbier de Séville de Beaumarchais, Le Monde français du dix-huitième siècle, 2, vol. 6. [En ligne : https://ojs.lib.uwo.ca/index.php/mfds-ecfw/article/view/14236].

GHEUSI, Jacques (2019). D’une Rosina à l’autre : Le Barbier de Séville. Rossini, in "Le Barbier de Séville. Rossini", Avant-Scène Opéra, 37, 160 p. [avec livret intégral et discographie comparée].

SALA, Emilio (2018). L'umorismo scapigliato e Rossini: Il barbiere di Siviglia di Costantino Dall'Argine (1868), in Ilaria Narici et ali (dirs), Gioachino Rossini,1868. La Musica e il mondo, 283-311.

FRANTZ, Pierre (2017). Émotion et distance : quelques réflexions sur les scènes de musique du Barbier de Séville et du Mariage de Figaro de Beaumarchais, in Michela Landi (dir.), La double séance. La musique sur la scène théâtrale et littéraire / La musica sulla scena teatrale e letteraria, Firenze University Press, 85-95. [En ligne : https://www.torrossa.com/en/resources/an/4379242].

MICHOT, Pierre (2016). Beaumarchais et ses musiciens : Paisiello, Rossini, MozartÉtudes de lettres, 4, 17-32. [En ligne : http://journals.openedition.org/edl/986].

JULIAN, Thibaut (2016). La musique dans la trilogie de Beaumarchais, in, Stéphane Lojkine (dir.), "Le Goût des lettres : Dissidence, déviance, décentrement", MaLiCE, 6. [En ligne : https://cielam.univ-amu.fr/malice/articles/musique-dans-trilogie-beaumarchais].

LISTER, Linda (2012). Beaumarchais, Figaro, Paisiello, and Mozart: Sociopolitical Criticism and Censor in Eighteenth-Century Opera, Opera Journal, 1, vol. 45, 3-31. [En ligne : https://www.academia.edu/7993237/Beaumarchais_Figaro_Paisiello_and_Mozart_Sociopolitical_Criticism_and_Censor].

ROBINSON, Philip (1999). Beaumarchais et la chanson : musique et dramaturgie des comédies de Figaro. Oxford, Voltaire Foundation, 137 p.

COLAS GALET, Damien (1997). Les annotations des chanteurs dans les matériels d’exécution des opéras de Rossini à Paris (1820-1860). Contribution à l’étude de la grammaire mélodique rossinienne. Thèse de doctorat en musicologie. Tours, Université François Rabelais.

COLAS GALET, Damien (1992). Rossini, l'opéra de lumière. Paris, Éditions Gallimard, 160 p.

Beaumarchais, Pierre-Augustin Caron (1876). Le Barbier de Séville ou La Précaution inutile, in Oeuvres complètes. Texte établi par Édouard Fournier, Paris, Laplace, Sanchez et Cie Libraires-Éditeurs, 74-103. [En ligne : https://fr.wikisource.org/wiki/Le_Barbier_de_S%C3%A9ville ou https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62317430/f148.item].

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants et intervenantes

Sur le même thème