Conférence
Chapitres
Notice
Lieu de réalisation
Toulouse, Théâtre du Capitole
Langue :
Français
Crédits
Nathalie Michaud (Réalisation), Université Toulouse-Jean Jaurès (Production), Le Vidéographe - Maison de l'Image et du Numérique / UT2 (Publication), Michel Lehmann (Intervention)
Détenteur des droits
Tous droits réservés à l'Université Toulouse-Jean Jaurès et aux auteurs.
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
Citer cette ressource :
Michel Lehmann. UT2J. (2022, 12 mai). Le style buffo de la musique de Rossini peut-il être pris au sérieux ? / Michel Lehmann , in Le barbier de Séville de Rossini : les rouages et les recettes d’un succès. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/117338. (Consultée le 17 juillet 2024)

Le style buffo de la musique de Rossini peut-il être pris au sérieux ? / Michel Lehmann

Réalisation : 12 mai 2022 - Mise en ligne : 22 juillet 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Le style buffo de la musique de Rossini peut-il être pris au sérieux ? / Michel Lehmann, in "Autour de l'opéra de Gioachino Rossini. Les rouages et les recettes d’un succès", journée d'étude organisée par l'Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL) de l'Université Toulouse-Jean Jaurès dans le cadre d'un partenariat avec le Théâtre du Capitole, sous la responsabilité scientifique et la coordination de Michel Lehmann et Christine  Calvet. Université Toulouse-Jean Jaurès, Théâtre du Capitole, 12 mai 2022.

Pilier du répertoire lyrique depuis sa création en 1816, Il Barbiere di Siviglia de Rossini est une énième adaptation de la pièce de Beaumarchais donnée pour la première fois en 1775. Si la version de Paisiello de 1782 a manifestement tenté de tenir tête à l’opéra de Rossini, et de ce fait survécu dans la mémoire collective des amateurs, les adaptations de l’Américain Alexander Reinagle (1794), de l’Anglais Samuel Arnold (1796), du Français Nicolas Isouard (1796) et de l’Italien Francesco Morlacchi (1816) sont oubliées. Cependant, ce sont bien des preuves du succès et des qualités dramaturgiques de la pièce de théâtre et elles soulignent encore davantage le fait que le texte de Beaumarchais sollicitait déjà de la musique avec ses chansons, écrites à l’époque par Antoine-Laurent Baudron, conservant la trace d’un projet initial d’opéra-comique abandonné par la suite.
Les chercheurs réunis par l’Institut IRPALL de l’Université de Toulouse Jean Jaurès, en partenariat avec l’Opéra national du Capitole, aborderont sous divers angles, disciplinaires et méthodologiques, les potentialités et les mérites de la version rossinienne. La carrière rapidement internationale de l’opéra a donné à son ouverture orchestrale, aux airs du Factotum et de la Calomnie une place si singulière dans la culture populaire qu’il est nécessaire de recontextualiser leurs attraits. À l’instar de ses compatriotes compositeurs, Rossini a répondu à de nombreuses commandes d’opere buffe qui impliquent un cadre esthétique et dramaturgique stabilisé, des thèmes récurrents, des effets scéniques stéréotypés et un style musical calibré. Autant de rouages devenus des recettes que la version du Barbiere de Rossini exploite pleinement. Aurait-elle su mieux jouer avec ces recettes que d’autres opéras, comme L’Italiana in Algeri ou La Cenerentola, pour bénéficier d’un tel succès ? La pièce de Beaumarchais aurait- elle des qualités comiques supérieures que Rossini aurait su mieux développer ? Et si le mérite ne tenait qu’à la grande maîtrise d’une tradition incontestée et appréciée ?

Mots clés : Opéra -- Italie -- 19e siècle ; Rossini, Gioachino (1792-1868) -- Le barbier de Séville ; Opéras buffa ; Opéras seria ; Comique (dans l'opéra) ; Langage musical ; Analyse des formes musicales

Intervention
Thème
Documentation

JONES, Chuck (1950). Rabbit of Seville / Le Clapier de Séville. USA, Warner Bros Production, Looney Tunes, 2'35". Sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=PX_hdoGbIKg

ROSSINI, Gioacchino (1815). Elisabetta, Regina d'Inghilterra: Overture, par l'Orchestra Filarmonica Gioachino Rossini sous la dir. de Donato Renzetti. Universal Music Italia, 2018, 7'07" : https://www.youtube.com/watch?v=n2prltMws3w

ROSSINI, Gioacchino (1817). La Cenerentola : Overture, par la Lviv Philharmonic Society dirigée par Adriana Daza, Lviv (Ukraine), 2018 : https://www.youtube.com/watch?v=Z-DzukGFT9k

ROSSINI, Gioacchino (1816). Il barbiere di Siviglia : ouverture par l'Orchestra et Coro del Teatro La Fenice dirigé par Antonio Fogliani, 2008, 6'53" : https://www.youtube.com/watch?v=2MwrkhEe1K0 [Allegro à 1'49"]

ROSSINI, Gioacchino (11816). Il barbiere di Siviglia : "Una voce poco fa", par Cecilia Bartoli et le Radio Sinfonie Orchester de Stuttgart dirigé par Gabriele Ferro, 1988, 6'24" : https://www.youtube.com/watch?v=mDyXqf0at_w [mouvement rapide (caballetta) à partir de 2'36"].

ROSSINI, Gioacchino (11816). Il barbiere di Siviglia : "Una voce poco fa", par Amelita Galli-Curci, 1927, 3'58" : https://www.youtube.com/watch?v=RGUDswQZtu0

ROSSINI, Gioacchino (1813). Aureliano in Palmira : ouverture (Live) interprété par le Virtuosi Brunensis dirigé par José Miguel Pérez-Sierra. Label Naxos, 2018, 6'58" : https://www.youtube.com/watch?v=sY7UZ5K_1tQ

ROSSINI, Gioacchino (1813). L'Italienne à Alger : ouverture, interprétée par l'Orchestre Philharmonique de Marseille sous la dir. de Clelia Cafiero, 2020, 8'58" : https://www.youtube.com/watch?v=Dr-NKJtAtHE

ROSSINI, Gioacchino (1813). L'Italienne à Alger, Acte 1 scène 4 : "Cruda sorte", par Jennifer Larmore et l'ochestre de l'Opéra National de Paris dirigé par Bruno Campanella, Paris, Palais Garnier, 1998, 4'37" : https://www.youtube.com/watch?v=HVfJDMrXEds ou par Theresa Berganza, 1959 : https://www.youtube.com/watch?v=TbGvrx0c4q4

HAYDN, Joseph (1795). Symphony n°103 in E-Flat Major, 1. Adagio "Drum Roll", interprétée par l'Orchestre des Concerts Lamoureux sous la dir. d'Igor Markevitch, [1959] 2021, 7'36" : https://www.youtube.com/watch?v=8VG6Hhx03VI

FRANTZ, Pierre (2017). Émotion et distance: quelques réflexions sur les scènes de musique du Barbier de Séville et du Mariage de Figaro de Beaumarchais, in Michela Landi (dir.), La double séance. La musique sur la scène théâtrale et littéraire / La musica sulla scena
teatrale e letteraria
, Firenze University Press, 85-96. [En ligne : https://www.academia.edu/36008851/_La_double_s%C3%A9ance_sous_la_dir_di_Michela_Landi].

VITELLI, Olivia (2014). Jeux de miroirs: texte, musique et scène dans les opéras de Gioacchino Rossini. Thèse de doctorat Langues, Littératures et Civilisations, Université de Lorraine.

LEVER, Maurice (2000). Beaumarchais et la musique, Revue d'histoire littéraire de la France, 4, 1093-1104. [En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5623686h/f7].

ROSSINI, Gioachino (1816). Le Barbier de Séville, opéra-comique en quatre actes d'après Beaumarchais. Paroles françaises de L. V. Durdilly. Partition intégrale piano et chant transcrite par L. Narici, 118 p.  [En ligne : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0000337325/v0001].

STERBINI, Cesare (1816). Le Barbier de Séville / Il Barbiere di Seviglia. Livret en français et italien. [En ligne : https://www.murashev.com/opera/Il_barbiere_di_Siviglia_libretto_French_Italian].

 

 

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants et intervenantes

Sur le même thème