Canal-U

Mon compte
CNRS – Service audiovisuel de Cultures, Langues, Textes (UPS2259)   Campus de Villejuif

Dominque Casajus (CNRS. IMAF) : « Titre: Saudade, solitude et mélancolie »


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/cnrs_ups2259/embed.1/dominque_casajus_cnrs_imaf_titre_saudade_solitude_et_melancolie.17253?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Dominque Casajus (CNRS. IMAF) : « Titre: Saudade, solitude et mélancolie »

Le maître mot de la poésie touarègue classique est esuf, un terme qui, par certaines de ses acceptions, se rapproche du français "solitude", lequel désigne lui aussi le sentiment du délaissé tout comme les lieux désertés par la fréquentation des hommes. Mais esuf désigne aussi la nostalgie de l'être aimé ou du pays perdu, acception qui lui est propre et qui n’est pas rendue en français par « solitude ». On dit fréquemment, dans la poésie, ou même dans les lettres à des êtres chers : « l’esuf de toi est en moi », c’est-à-dire « tu me manques ». Deux sentiments qui pour nous sont distincts, la souffrance d’être séparé de l’aim, et le serrement de cœur qu’on éprouve lorsqu’on se sent seul, sont donc perçus par les Touaregs comme les modalités d’un même sentiment. C’est une situation à laquelle les ethnologues sont accoutumés. Il en est des sentiments comme des mots : leur étendue ne se recouvre pas parfaitement dans les différentes cultures. On peut imaginer que ce que le Touareg éprouve quand il se dit « dans la solitude » n’est pas exactement ce que le Français éprouve quand il dit la même chose. On peut cependant aller un peu plus loin que ce constat, banal, de la relativité culturelle. En effet, du 12ème au 16ème siècle, les troubadours galégo-portugais, puis les écrivains portugais écrivant dans ce qu’on appelle le castillan lusitanien disposait d’un mot, dérivé du latin solitas, qui avait exactement le même champ sémantique que esuf. Il s’agit du mot dont la forme castillane était soledad, et la forme proprement portugaise soedade, soydade, ou suydade. On trouve par exemple chez le grand dramaturge portugais Gil Vicente, ainsi que dans une chanson du 16ème siècle, Soledad tengo de ti, « j’ai la solitude de toi », qui est un équivalent mot pour mot du touareg « l’esuf de toi est en moi ». Par la suite, soedade est devenu saudade, qui n’a plus que le sens que « nostalgie », tandis que soledad, qui existe encore en castillan, n’a plus que le sens du français « solitude ». On évoquera le cheminement de ces termes, qui ont eu, et qui ont encore tant d’importance dans la poésie portugaise.

 

  •  
  •  
    Date de réalisation : 6 Novembre 2014
    Durée du programme : 39 min
    Classification Dewey : Langage
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Anthropologie et Ethnologie
    Collections : Encyclopédie des Littératures en Langues Africaines (ELLAF), L’inspiration au prisme des vies de poètes
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : poésie
    Conditions d’utilisation / Copyright : (c)CNRS, 2014
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Adom Marie Clémence ( Université Félix Houphouet Boigny ) : "De l'absence de canon à une esthétique de l'anti-norme dans le zouglou, Poésie urbaine de Côte d'Ivoire"
 Elara Bertho ( Paris 3 Sorbonne Nouvelle ) : "Fabrique d'un canon : entre archives coloniales, fait littéraire et culture populaire ( Sarraounia, Niger )
 Boukary Boro (Université Joseph Ki-Zerbo de ouagadougou - Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle): "La devise de lutte san : des formules de lieu commun à la créativité"
 Lobna Mestatoui (docteure en littérature) : "Ahmadou Kourouma et la réactualisation du patrimoine oral : Réécritures et Subversion des codes".
 Xavier Garnier (Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3 - THALIM, Théoriie et histoire des arts et des littératures de la modernité) : « Ecrivains swahilis entre injonctions normatives contradictoires »
 Samia Khichane (doctorante de Paris 3) : "Modalités canoniques de l'injure en Kabylie : transgressions langagières et frontières symboliques".
 Ndiabou Toure : "Les discours canoniques - le Taasu : un genre en évolution"
 Katell Morand "Les formes canoniques d'un discours "juste" : musique et parole dans la poésie chantée de langue amharique (Ethiopie)"
 Graham Furniss "Debating value and the Hausa literary canon"
 Marie-Rose Abomo-Maurin (Université de Yaoundé 1) " Du mvet ékang aux nouvelles formes du chant épique : Le cas de la musique religieuse au Cameroun "
 Marie Lorin : "Du canon à la marge, évolution de la poésie orale peule (Pékane) des pêcheurs de la vallée du fleuve Sénégal"
 Sylvie Perceau (Université de Picardie-Jules Verne, TRAME) « Muses, inspiration, création dans la poésie homérique ?
 Leili Anvar (INALCO) « Tu poseras tes lèvres sur les nôtres » : érotique de l’inspiration dans l’œuvre de Rûmi,
 John Leavitt (Université de Montréal) : « Poètes inspirés et inspirants dans deux traditions de langue indo-européenne »
 Maria Manca (Université Paris Diderot) « Quand le poète s’inspire de la vie exemplaire des saints (joutes poétiques de Sardaigne »
 Corinne Fortier (CNRS, LAS) : « L’inspiration poétique amoureuse des poètes maures de Mauritanie »
 Serge Martin (Univerisité Sorbonne Nouvelle Paris 3, DILTEC) : « “Gestes du « vivre poème” dans l’œuvre de trois poètes de langue française nés dans les années 1930 : Henri Meschonnic, Bernard Vargaftig et James Sacré »
 Synthèse par Jean Derive
 Amalia Dragani (LABEX Création-Patrimoine, iiAC) : « Sang, rêve et maladie : biographies diurnes et nocturnes de poètes touaregs »
 Jean Derive (Université de Chambéry-Llacan) : "Les incidences linguistiques (phonologie, morphologie, syntaxe) des propriétés canoniques de quelques genres du discours en pays manding"
 Francoise Ugochukwu (Open University, Londres) : "Le Vidéo film Igbo et ses particularités"
 Dominique Casajus (CNRS, CHSIM, EHESS) : "Inscriptions rupestres en pays touareg: un discours canonique en version graphique"
 Paulette Roulon Doko (Llacan) : "Récit et canon, réflexion à partir d'exemples gbaya"
 Catherine Taine-Cheikh : "Canons poétiques et poésies canoniques dans la culture maure"
 Lee Harring : "Deux ou trois choses que je connais des contes comoriens"
 Kristin Vold Lexander : "Peut-on parler de forme canonique concernant le SMS sénégalais? " (Université d'Oslo, MultiLing Center for Multilingualism in Society Across the Lifespan)
 Awa Traoré (doctorante de l’Université de Madrid) et Jean Derive (Llacan) : “Modalités du formatage canonique des contes dioula et leur signification culturelle”
 Julien Barret : "Rap et poésie peule : une performance guidée par le rythme et la rime. Les canons de la poésie orale" (discutante: Christiane Seydou)
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte