Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Le dénouement et le sens. Fin du jeu et jeux sur la fin dans le théâtre antique / Marie-Hélène Garelli


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/le_denouement_et_le_sens_fin_du_jeu_et_jeux_sur_la_fin_dans_le_theatre_antique_marie_helene_garelli.53255?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Le dénouement et le sens. Fin du jeu et jeux sur la fin dans le théâtre antique / Marie-Hélène Garelli

Le dénouement et le sens. Fin du jeu et jeux sur la fin dans le théâtre antique / Marie-Hélène Garelli, in "Autour de La ville morte. La destinée des personnages et la fin du spectacle", journée d'étude organisée par l'Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL) de l'Université Toulouse Jean Jaurès dans le cadre d'un partenariat avec le Théâtre du Capitole, sous la responsabilité scientifique et la coordination de Michel Lehmann et Christine Calvet. Université Toulouse Jean Jaurès, Théâtre du Capitole, 29 novembre 2018.
* Images et prise de son : Service audiovisuel de la Mairie de Toulouse.

C’est par l’élégant mouvement descendant d’un drapé rouge que le spectacle échappe à nos yeux de spectateur. Par l’artifice du quatrième mur, transparent, nous avons vu, ressenti et réagi. La fin du spectacle correspond au dénouement de l’intrigue, selon des principes formalisés sans doute bien avant l’Antiquité qui nous a légué les premières théories sur ce sujet. La chute du rideau sépare le public de la scène, elle le libère de l’emprise et de la fascination que l’intrigue a exercés sur les spectateurs, en ayant habilement exploité sa curiosité, son désir d’expérience artistique et son inavouable voyeurisme. Le dénouement libère aussi les personnages saisis dans la machine infernale de l’intrigue, pour reprendre l’expression de Cocteau. Souvent attendu comme le clou du spectacle, il est l’aboutissement d’une perspective narrative et dramatique qui soigne tout particulièrement les dernières scènes du spectacle. Il concrétise par une action ultime la fin d’un parcours dramatique suivant la ligne de la destinée des personnages, cette puissance souveraine réglant d’avance le cours des choses.
Les chercheurs réunis à l’occasion de cette journée d’étude par l’Institut IRPALL en partenariat avec le Théâtre du Capitole se penchent sur les enjeux de la dernière ligne droite d’un spectacle scénique. De la comédie à la tragédie, le rideau tombe sur des scènes finales très différentes, où la mort s’invite fréquemment. Les romantiques apprécient la mort de l’héroïne, victime comme Tosca, rédemptrice comme Isolde, et jouent de l’espoir d’éviter l’inévitable comme celle de Violetta. La mort invite aussi à la sublimation, comme Paul de La Ville morte qui accepte enfin d’assumer le deuil ou Werther qui renonce à la vie par désespoir. Elle nourrit l’édification morale comme les héros mythologiques de la tragédie classique et lyrique s’emploient à défier leur destin. A l’autre bout de l’échiquier, le lieto fine, la fin heureuse, n’est pas le seul apanage de la comédie. L’opera seria du 18e siècle n’hésite pas à réécrire les fins tragiques de ces modèles du siècle précédent pour encourager le public, soulagé d’avoir évité le pire, à s’approprier la conclusion morale du spectacle. Et ce même siècle édulcore la violence des dénouements des tragédies de Shakespeare, tout simplement parce qu’elles enfreignent le bon goût.
Et la fin du spectacle, paroles, musique, jeux de scène se hissent à leur meilleur. Il faut éblouir par des effets de langage, de rhétorique et de technique. Ici un effet de décor comme une cathédrale en feu, là une ultime réplique pour frapper les esprits (« Elle me résistait, je l’ai assassinée !… ») et surtout un dernier saut de l’ange visant l’aigu d’une voix fragile de soprano. Lorsque le rideau tombe définitivement, il recouvre un ultime moment où recettes de théâtre et visions du monde se conjuguent en un moment d’exception.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 29 Novembre 2018
    Durée du programme : 44 min
    Classification Dewey : Critique et histoire de la poésie dramatique et du théâtre grecs classiques de la période antique
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau, niveau Licence (LMD), niveau Master (LMD)
    Disciplines : Lettres classiques
    Collections : Collection Recherche & Opéra
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : GARELLI Marie-Hélène
    producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
    Réalisateur(s) : MICHAUD Nathalie
    Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : tragédie grecque, art antique (influence), fin (littérature), théâtre antique (genre littéraire)
    Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l'Université Jean-Jaurès - campus Mirail et aux auteurs.
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Perceval/Parsifal, genèse et expansion d'une légende médiévale / Daniel Lacroix
 Sur les chemins du "Gral" entre raison et imagination : réécritures allemandes de la légende de "Parcival" (1750-1830) / Françoise Knopper
 Symbole, mythe et religion dans "Parsifal" / Jean-François Candoni
 Quelques "révélations parsifaliennes" portées par la littérature / Christophe Imperiali
 Debussy wagnérien : appropriation et règlement de compte dans les "Cinq poèmes de Charles Baudelaire" et "La Damoiselle élue" / Michel Lehmann
 La danse et "l'âme antique" au début du XXe siècle / Marie-Hélène Garelli
 Les partitions musicales des spectacles "antiques" dansés par Nijinski (1) : une improbable archéologie / Michel Lehmann
 Chorégraphier avec et selon Nijinski, entre Antiquité et (hyper)-modernité. Perspectives théâtrales et dramaturgiques d’après "Le Spectre de la rose", "Petrouchka" et "L’Après-midi d’un faune" / Flore Garcin-Marrou
 Promenades à travers les opéras inspirés de l’antiquité au début du 20e siècle en Europe / Walter Zidaric
 Les partitions musicales des spectacles "antiques" dansés par Nijinski (2) : une ambivalence entre antique et exotique / Michel Lehmann
 Le Symbolisme entre Décadence et Surréalisme / François-Charles Gaudard
 "Dramaturgie négative" et modèle musical dans le théâtre de Maurice Maeterlinck / Pierre Longuenesse
 Opéras symbolistes et ramifications wagnériennes : enquête de styles chez Debussy, Dukas et Korngold / Michel Lehmann
 Le symbolisme sur les scènes allemandes : le cas de Max Reinhardt / Catherine Mazellier-Lajarrige
 Vsevolod Meyerhold, le modèle musical et la scène symboliste / Muriel Plana
 Introduction au mythe de "Carmen" / Christine Calvet, Mathilde Liffraud
 "Carmen" en chansons : entre drame et couleur locale / Michel Lehmann
 Regards français sur l'Espagne du XIXe siècle : enjeux politiques, intérêts économiques, curiosités culturelles / Philippe Foro
 Regards français sur la peinture espagnole à l'époque de Georges Bizet / Jean Nayrolles
 "España" (1883) d'Emmanuel Chabrier : déconstruction d'une icône musicale / Michel Lehmann
 Le tragique au Grand Siècle depuis les tragédies en musique de Lully / Yann Mahé
 « È morta ! » : formules spectaculaires de chute de rideau dans l’opéra italien de Verdi à Puccini / Michel Lehmann
 La destinée des personnages et la fin du spectacle. Dénouements / Michel Lehmann
 Opéra et parabole : Britten, Vaughan Williams et Stravinsky / Gilles Couderc
 Verdi, l'autre Shakespeare : "Macbeth", une collaboration au-delà des siècles / Nathalie Rivère de Carles
 The national Bard : la canonisation de Shakespeare en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle / Xavier Cervantès
 Du livre à la scène : Shakespeare en France au XIXe siècle / Gaëlle Loisel
 Macbeth de Verdi-Piave : une histoire à "dormir debout", en Italie sur fond de lutte patriotique en plein Risorgimento / Walter Zidaric
 Quand Verdi met en scène Macbeth : partition ou action musicale ? / Michel Lehmann
 Zémire et Azor de Grétry : renouveler l'expression des passions à travers le conte / Julien Garde
 De l'effroi à l'émerveillement : effets de style ou effets de manche dans la musique pour ballet de Tchaïkovski ? / Michel Lehmann
 Entre sources allemandes et françaises, l'inspiration première des ballets de Tchaïkovski / Walter Zidaric
 Genre, sexualité, politique : le corps du conte sur la scène chorégraphique contemporaine / Muriel Plana
 Le "Pinocchio" de Joël Pommerat : du conte à l'opéra / Pierre Longuenesse
 La représentation de l’Histoire au XIXe siècle, entre distanciation et identification / Emmanuel Reibel
 Histoire et « Romanitas » dans l’opera seria : le cas des livrets mis en musique par Handel à Londres (1711-1741) / Xavier Cervantès
 L’irruption de l’Histoire dans la maison de Dieu : prière et terreur dans "Dialogues des Carmélites" de Francis Poulenc / Hervé Lacombe
 Regards contemporains sur l’Empire romain : la "piazza Augusto imperatore" et le "Foro Mussolini" dans la Rome fasciste / Philippe Foro
 "Mathis der Maler" de Paul Hindemith : le discours lyrique appliqué à une narration historique factuelle, imaginaire et idéologique / Michel Lehmann
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte