Conférence

Le tragique au Grand Siècle depuis les tragédies en musique de Lully / Yann Mahé

Réalisation : 29 novembre 2018 Mise en ligne : 29 novembre 2018
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Le tragique au Grand Siècle depuis les tragédies en musique de Lully / Yann Mahé, in "Autour de La ville morte. La destinée des personnages et la fin du spectacle", journée d'étude organisée par l'Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL) de l'Université Toulouse- Jean Jaurès dans le cadre d'un partenariat avec le Théâtre du Capitole, sous la responsabilité scientifique et la coordination de Michel Lehmann et Christine Calvet. Université Toulouse Jean Jaurès, Théâtre du Capitole, 29 novembre 2018.
* Images et prise de son : Service audiovisuel de la Mairie de Toulouse.

C’est par l’élégant mouvement descendant d’un drapé rouge que le spectacle échappe à nos yeux de spectateur. Par l’artifice du quatrième mur, transparent, nous avons vu, ressenti et réagi. La fin du spectacle correspond au dénouement de l’intrigue, selon des principes formalisés sans doute bien avant l’Antiquité qui nous a légué les premières théories sur ce sujet. La chute du rideau sépare le public de la scène, elle le libère de l’emprise et de la fascination que l’intrigue a exercés sur les spectateurs, en ayant habilement exploité sa curiosité, son désir d’expérience artistique et son inavouable voyeurisme. Le dénouement libère aussi les personnages saisis dans la machine infernale de l’intrigue, pour reprendre l’expression de Cocteau. Souvent attendu comme le clou du spectacle, il est l’aboutissement d’une perspective narrative et dramatique qui soigne tout particulièrement les dernières scènes du spectacle. Il concrétise par une action ultime la fin d’un parcours dramatique suivant la ligne de la destinée des personnages, cette puissance souveraine réglant d’avance le cours des choses.
Les chercheurs réunis à l’occasion de cette journée d’étude par l’Institut IRPALL en partenariat avec le Théâtre du Capitole se penchent sur les enjeux de la dernière ligne droite d’un spectacle scénique. De la comédie à la tragédie, le rideau tombe sur des scènes finales très différentes, où la mort s’invite fréquemment. Les romantiques apprécient la mort de l’héroïne, victime comme Tosca, rédemptrice comme Isolde, et jouent de l’espoir d’éviter l’inévitable comme celle de Violetta. La mort invite aussi à la sublimation, comme Paul de La Ville morte qui accepte enfin d’assumer le deuil ou Werther qui renonce à la vie par désespoir. Elle nourrit l’édification morale comme les héros mythologiques de la tragédie classique et lyrique s’emploient à défier leur destin. A l’autre bout de l’échiquier, le lieto fine, la fin heureuse, n’est pas le seul apanage de la comédie. L’opera seria du 18e siècle n’hésite pas à réécrire les fins tragiques de ces modèles du siècle précédent pour encourager le public, soulagé d’avoir évité le pire, à s’approprier la conclusion morale du spectacle. Et ce même siècle édulcore la violence des dénouements des tragédies de Shakespeare, tout simplement parce qu’elles enfreignent le bon goût.
Et la fin du spectacle, paroles, musique, jeux de scène se hissent à leur meilleur. Il faut éblouir par des effets de langage, de rhétorique et de technique. Ici un effet de décor comme une cathédrale en feu, là une ultime réplique pour frapper les esprits (« Elle me résistait, je l’ai assassinée !… ») et surtout un dernier saut de l’ange visant l’aigu d’une voix fragile de soprano. Lorsque le rideau tombe définitivement, il recouvre un ultime moment où recettes de théâtre et visions du monde se conjuguent en un moment d’exception.

Mots-clés : Opéra -- France -- 17e siècle ; Jean-Baptiste Lully (1632-1687) ; Opéras-ballets ; Tragédies lyriques ; Dénouement (opéra) ; Fin (littérature) ;

Intervenants
Thèmes
Notice
Lieu de réalisation
Toulouse, Théâtre du Capitole
Langue :
Français
Crédits
Nathalie MICHAUD (Réalisation), Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Production), SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Publication)
Détenteur des droits
Tous droits réservés à l'Université Toulouse-Jean Jaurès et aux auteurs.
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
Citer cette ressource:
UT2J. (2018, 29 novembre). Le tragique au Grand Siècle depuis les tragédies en musique de Lully / Yann Mahé. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/102849. (Consultée le 13 août 2022)
Contacter
Documentation

MAHÉ, Yann (2012). Les Psyché de Lully (1656-1720) : écritures et réécritures. Contribution à une histoire musicale du spectacle de cour. Thèse de doctorat en musicologie, Université Toulouse 2, 519 p.

ARNASON, Luke (2011). L'humour dans les tragédies en musique de Jean-Baptiste Lully, Cahiers du Dix-Septième, 2, vol. 13, 130-159. [En ligne : https://earlymodernfrance.org/journal/2011-volume-xiii-2-production/l%E2%80%99humour-tragedies-en-musique-jean-baptiste-lully#_ftnref].

CORNIC, Sylvain (2011). L'Enchanteur désenchanté : Quinault et la naissance de l'opéra français. Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 417 p.

BABY, Hélène, VIALA, Alain (2009). Le théâtre lyrique, de la « tragédie en musique » à l'opéra, in Alain Viala (dir.), Le théâtre en France. Paris, Presses Universitaires de France, coll. Quadrige, 221-230.

WAEBER, Jacqueline (2009). Musique et geste en France de Lully à la Révolution: études sur la musique, le théâtre et la danse. Bern, Éditions Peter Lang, 305 p.

DURON, Jean (2008). Cadmus et Hermione, tragédie en musique de Jean-Baptiste Lully (1673). Bruxelles, Éditions Mardaga, coll. Regards sur la musique, 260 p.

ARNASON, Luke (2005). "Psyché" de Thomas Corneille, 1678. Mémoire de maîtrise. Université Paris IV-Sorbonne, 122 p. [En ligne : http://bibdramatique.huma-num.f/pdf/corneillet_psyche.pdf].

CAHUSAC, Louis de [1754] (2004). La danse ancienne et moderne ou Traité historique de la danse. Édition présentée, établie et annotée par Nathalie Lecomte, Laura Naudeix, Jean-Noël Laurenti. Paris, Desjonquères, CND, 2004, 320 p.

MAHÉ, Yann (2004). Réécriture d’une tragédie en musique, Psyché, du modèle au mythe moderne (1678-1720), in J.-Ph. Grosperrin (dir.), "Campistron et consorts : tragédie et opéra en France (1680-1733)", Littératures classiques, 52, 375-385.

NAUDEIX, Laura (2004). Dramaturgie de la tragédie en musique : 1673-1764. [Thèse de doctorat en Littérature et civilisation françaises , 2001, Université Paris IV]. Paris, Éditions Champion, 583 p.

PASCAL, Jean-Noël (2004). Sur le Racine mort, qu'est-ce au juste qui pullule ?, in in J.-Ph. Grosperrin (dir.), "Campistron et consorts : tragédie et opéra en France (1680-1733)", Littératures classiques, 52.

GERVAIS, Philippe (2002). Les tragédies en musique de Philippe Quinault : étude rhétorique. Thèse de doctorat en théâtre. Université Paris 3, 443 p.

GALLOIS, Jean (2001). Jean-Baptiste Lully ou la naissance de la tragédie lyrique. Genève, Éditions Papillon, 159 p.

CANOVA-GREEN, Marie-Claude (1994). Psyché: From Tragédie-Ballet to Opera (1671-1678), Nottingham French Studies, 1, vol 33, 28-36.

COUVREUR, Manuel (1992). Jean-Baptiste Lully. Musique et dramaturgie au service du Prince. Bruxelles, Merc Vokar Éditeur, 454 p.

FAJON, Robert (1984). L'Opéra à Paris, du Roi Soleil à Louis le Bien-Aimé. Genève-Paris, Éditions Slatkine, 440 p.

SAINT-EVREMOND, Charles de [1684] (1979). Les opéra. Genève, Librairie Droz, 125 p.

LA GORCE, Jérôme de (1992). Les débuts de l’opéra français: origines et formation de la tragédie en musique, in Irène Mamczarz (dir.), Les Premiers opéras en Europe et les formes dramatiques apparentées, Paris, Éditions Klincksieck, 133-140.

HAERINGER, Étienne (1990). L'esthétique de l'opéra en France au temps de Jean-Philippe Rameau. Oxford, The Voltaire Foundation, 220 p.

LESURE, François [1674] (1987). Textes sur Lully et l'opéra français. Genève, Éditions Minkoff reprints, 154 p.

GIRDLESTONE, Cuthbert (1972). La tragédie en musique (1673-1750) considérée comme genre littéraire, Droz, 423 p.

Éloge de feu Mr de Corneille (1710), Le Mercure Galant, 1, janvier 1710, 270-299. [En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6351123z].

LA FONTAINE, Jean de (1677). Epître à M. de Niert. Epitre XIII, in Oeuvres de La Fontaine. Tome 6, Paris, Lefèvre Libraire, 111-124. [En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9738902r].

 

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants

Sur le même thème