Canal-U

Mon compte
Archéorient - Environnement et sociétés de l'Orient ancien

Le vin dans le Proche-Orient ancien


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/archeorient/embed.1/le_vin_dans_le_proche_orient_ancien.56257?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Le vin dans le Proche-Orient ancien

On s’accorde pour considérer que le vin, issu de la transformation naturelle, mais aussi guidée par l’homme, du jus de raisin, est l’une des boissons les plus anciennes de l’humanité, qui en a sans doute très tôt apprécié le goût agréable et les vertus euphorisantes. Le vin n’est que l’une des boissons alcoolisées consommées dans l’Antiquité et, notamment au Proche-Orient et en Méditerranée orientale: d’autres «vins» de fruits et la bière (produite à partir de la fermentation de diverses céréales) le cotoyaient et l’ont peut-être même précédé.
Les recherches concernant la viniculture et la viticulture s’attachent généralement à rechercher:

  • les restes archéobotaniques(pépins...),
  • les contenants spécifiques ayant servi au stockage, au transport ou à l'utilisation,
  • les installations de vinification, au différents stades de la fabrication du vin: foulage, pressurage..., qu’il n’est pas toujours aisé de distinguer de celles destinées à la production d’huile (cf. séminaire de O. Aurenche du 9/11),
  • éventuellement, les lieux spécifiques du stockage

Les études récentes démontrent clairement aujourd’hui que c’est au Proche-Orient que la vigne/raisin sauvage (Vitis vinifera, subsp. sylvestris) a été domestiquée pour la première fois, très probablement dans ses régions nord-orientales (Caucase, nord du Zagros). Cette variété, devenue Vitis vinifera, subsp. vinifera, est aujourd’hui à l’origine de 99% des vins produits dans le monde. La domestication, pour les phases les plus anciennes (Néolithique etChalcolithique) est généralement repérée à travers les pépins recueillis sur les sites, mais dont l’identification et la datation en stratigraphie posent encore quelques problèmes (cf. les témoins les plus anciens contestés de Chokh, au Dagestan, ou de Shulaveri, en Géorgie).

Des analyses physico-chimiques pratiquées sur d’anciens contenants livrent des pistes plus sérieuses: des vases iraniens de Hajji Firuz Tepe (vers 5400/5000 av. J.-C.) et du niveau V de Godin Tepe (3500-3100 av. J.-C.) ont livré des résidus contenant de l’acide tartrique (contenu dans la nature essentiellement dans le raisin), et de la résine de térébinthe (Pistacia atlantica) qui ne laissent pas de doute sur la présence de vin, de surcroît «résiné» à Hajji Firuz. Ce sont les témoignages assurés les plus anciens.

La trace du vin peut être de même suivie sur plusieurs autres sites mésopotamiens de l’Uruk Récent, mais aussi en Egypte où il apparaît dès l’époque pré-dynastique (tombe Uj du Roi Scorpion, à Abydos)

À partir de l’âge du Bronze, le vin est omniprésent en Méditerranée orientale (Levant, Crète, monde mycénien). Le cas de la Mésopotamie se distingue par un usage majeur de la bière de céréales au IIIe millénaire (cf. séminaire de C. Michel du 12/10), mais qui n’est pas exclusif. Aux phases les plus anciennes, l’usage du vin paraît réservé aux offrandes divines ou au roi défunt (tombes royales d’Ur, par ex.). Plus tard, les textes mentionnent plus fréquemment le vin, souvent qualifié de «bière de la Montagne», et de fait généralement importé des contrées montagneuses du Nord ou de la haute vallée du Tigre (même si on possède quelques attestations de petits vignobles cultivés en Babylonie). C’est un breuvage dont la convivialité se développe, ainsi qu’en témoigne les nombreuses scènes de «banquet» de l’iconographie mésopotamienne de l’âge du Bronze (cf. séminaire de B. Lion du 19/10). Au début du 2e millénaire, les palais des grandes cités mésopotamiennes (Ebla, Mari...) importent et stockent en masse le vin pour l’usage des cours royales. La tradition se poursuit à l’âge du Fer, notamment en Assyrie, où la consommation du vin est largement attestée dans les cours néo-assyriennes du début du 1er millénaire av. J.-C., comme l’atteste l’iconographie et plusieurs découvertes spécifiques.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 16 Novembre 2009
    Lieu de réalisation : Maison de l'Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, Lyon
    Durée du programme : 91 min
    Classification Dewey : Archéologie et préhistoire
  •  
    Catégorie : Séminaires
    Niveau : Tous publics / hors niveau, niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche
    Disciplines : Archéologie
    Collections : Séminaire Méthodes et terrains au Proche-Orient ancien, 2009 - Boire et manger dans l'Orient ancien
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : LOMBARD Pierre
    responsable : VILA Emmanuelle, LE MIERE Marie, LOMBARD Pierre
  •  
    Langue : Français, FRA
    Mots-clés : alimentation, domestication, viniculture, Archéologie , viticulture, Proche-Orient , production, production du vin
    Conditions d’utilisation / Copyright : CC BY-NC-ND 3.0
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 La momification artificielle et la lutte pour l’immortalité
 Les banquets en Mésopotamie : textes et images
 Le sel dans les sociétés anciennes de l'Orient et du Caucase : exploitations et usages, d'après les sources archéologiques et épigraphiques.
 Préparer, cuire, consommer la nourriture. De la fouille à l’interprétation. À partir d’exemples syriens (Néolithique précéramique et Age du Bronze)
 Aspects symboliques de l’alimentation en Mésopotamie
 Les gestes et les outils du scribe ougaritain
 Le bois dans les constructions néolithiques
 Que fouillons-nous ? Du sédiment originel au sédiment fouillé
 De la momie au parasite: la nécropole de Kerma (Soudan) entre 2500 et 1700 avant J.-C
 Les denrées végétales archéologiques : indices d'agriculture, de pratiques alimentaires, de construction et de combustible
 Les matières périssables animales : animal mort, animal vivant
 L’artisanat du métal à Alep, 2006-2010. Le présent archaïque est-il un témoin fiable du passé ?
 Les cuissons céramiques expérimentales, bilan critique
 Expérimentation et observation ethnographique : leurs contributions à la connaissance de l’architecture en terre
 Archéologie expérimentale et métallurgie : comprendre la sensibilité de la métallurgie à travers mes expériences en Turquie et Azerbaïdjan
 Recherches sur l'architecture en Palestine au Bronze ancien : matériaux, techniques et plans
 Le complexe palatial de Babylone au premier millénaire av. J-C.
 L’architecture domestique en Syrie à l’Age du Bronze
 Morphogenèse de la fortification mésopotamienne
 Construire en terre en Mésopotamie : matériaux et techniques
 De nouveaux outils au service de l'étude des textiles archéologiques
 Les échanges de produits textiles en Méditerranée entre Orient et Occident sous le Haut Empire
 Cultures et circulation des plantes textiles au Moyen-Orient ancien
 Analyse des outillages liés aux industries textiles
 Tissage et textiles en Anatolie Orientale: le cas d'Arslantepe-Malatya (Turquie). Une approche diachronique
 Les textiles d’el Deir, oasis de Kharga, désert occidental égyptien
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte