Canal-U

Mon compte
Réseau Thématique de Recherche Milieux & Diversité

Trajectoires socio-écologiques des IAE et politiques publiques ou comment favoriser durablement la multifonctionnalité des paysages ?


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/rtr_midi/embed.1/trajectoires_socio_ecologiques_des_iae_et_politiques_publiques_ou_comment_favoriser_durablement_la_multifonctionnalite_des_paysages.58719?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Trajectoires socio-écologiques des IAE et politiques publiques ou comment favoriser durablement la multifonctionnalité des paysages ?

5e colloque des Zones Ateliers – CNRS 

2000-2020, 20 ans de recherche du Réseau des Zones Ateliers

SESSION 9-Gouvernance et trajectoires des socio-écosystèmes


Trajectoires socio-écologiques des IAE et politiques publiques ou comment favoriser durablement la multifonctionnalité des paysages ? (ZA Armorique)

Alexandra Langlais ∗† 1, Claudine Thenail ∗ ‡ 2


1 UMR IODE - Institut de l’Ouest : Droit et Europe –  Université de Rennes 1, Centre National de la Recherche Scientifique –  France

2  UMR BAGAP - Biodiversité  agroécologie et aménagement  du paysage –  Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement, Institut Agro/Agrocampus-Ouest, Ecole supérieure d’Agricultures d’Angers –  France

 

Résumé

Dans cette présentation, nous mettons l’accent sur les éléments paysagers semi-naturels (sou- vent désignés par l’expression IAE –  Infrastructures Agro-écologiques –  que nous emploierons), en particulier les bordures de champs (dont les haies) des paysages culturels de bocage armor- icains.   En effet ce sont à la fois des objets  emblématiques  des politiques touchant aux fonc- tions du paysage, des objets d’interface clé dans l’hétérogénéité et la connectivité des mosaïques paysagères, et des objets de gestion au sein des terres agricoles.

Nous identifions à la fois des avancées et des fragilités quant à la mobilisation des IAE dans les politiques publiques en faveur du maintien/développement des fonctionnalités des paysages agricoles. De plus en plus de politiques publiques se préoccupent du paysage comme objet à part entière et mettent  en valeur le maintien,  l’aménagement  / ré-aménagement  des IAE.  Dans la nouvelle Politique Agricole Commune (PAC), l’enjeu de protection des habitats et des paysages est réaffirmé et la prise en compte  des IAE renouvelée.   Ainsi les IAE représentent  un point de convergence fort de ces différentes politiques, suggérant des synergies possibles entre elles. Cependant,  le statut des IAE reste fragile car ambigu vis-à-vis  de l’agriculture et le dispositif juridique se révèle in fine mal adapté pour participer plus largement aux efforts de synergie entre agriculture et biodiversité.

Comment  dépasser ces difficultés ?  L’émergence  de certains nouveaux  concepts constitue une véritable inflexion car ils expriment davantage ce besoin de synergie entre agriculture et biodi- versité.   Il s’agit  par exemple  du concept de solutions fondées sur la nature ou d’instruments économiques valorisant ce couplage entre l’agriculture et la biodiversité tels les Paiements  pour Services Environnementaux –  PSE) ou encore les objectifs environnementaux spécifiques au cœur de la PAC.  Cependant,  ce sont aussi des concepts très exigeants dans leur mise en œuvre effec- tive.   En effet ils supposent,  pour les agriculteurs,  de disposer des connaissances permettant de s’assurer que leurs choix d’une diversité de pratiques (aménagement, entretien, production) réalisés à différents pas de temps  et échelles spatiales,  dans différentes conditions territoriales et paysagères,  entrainent en effet la réalisation d’objectifs environnementaux  associés aux IAE (y compris en termes de dynamiques).   Les modalités et conditions de contractualisation, et le suivi de l’effectivité de ces politiques publiques, sont également à repenser.  Cela rejoint les en- jeux des dispositifs de co-apprentissage destinés à mettre les acteurs en capacité d’appréhender des chaînages de causalités, développer de nouvelles ressources et expérimenter de nouvelles pratiques favorables à l’environnement.  Pour contribuer à ces enjeux de recherche, nous nous appuyons notamment sur des dispositifs complémentaires :  des dispositifs d’observation à long terme des relations " pratiques-fonctions écologiques " des bordures de champs, et des dispositifs de recherche participative avec des groupes d’agriculteurs engagés dans des pratiques innovantes de gestion du bocage.



--

Programme et recueil des résumés à télécharger dans l'onglet documents ci-dessus.

Toutes les informations sur le site du colloque :

https://20ans-rza.sciencesconf.org/resource/page/id/5


 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte