Conférence
Notice
Lieu de réalisation
Maison des Sciences de l'Homme de Clermont-Ferrand
Langue :
Français
Crédits
Thomas Bonnin (Intervention)
Détenteur des droits
Maison des Sciences de l'Homme de Clermont-Ferrand
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
Citer cette ressource :
Thomas Bonnin. ClermontMsh. Thomas Bonnin - « Peut-on 'suivre la science' en temps de pandémie ? » , in Les enjeux éthiques et épistémologiques de la pandémie de Covid-19. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/132767. (Consultée le 25 juin 2024)

Thomas Bonnin - « Peut-on 'suivre la science' en temps de pandémie ? »

Mise en ligne : 5 septembre 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Thomas Bonnin est chercheur postdoctorant au sein du projet ANR Epancopi, à l’Université Clermont Auvergne.

Résumé

L’épidémie de Covid-19 est un phénomène d’ampleur mondiale, dont l’arrivée dans nos sociétés fut brutale et inopinée, et dont l’évolution, sur tous les plans, conserve une part d’imprévisible et de nouveauté. Au vu de ces caractéristiques, il n’est pas surprenant de voir les organes décisionnels de nos sociétés chercher des ressources qui leur permettent de naviguer dans ce contexte de forte incertitude.

Au premier rang de ces ressources, de nombreux gouvernements invoquent l'idée de « suivre la science ». Ils cherchent ainsi à fonder leurs décisions de santé publique sur des données objectives et échapper ainsi à l’arbitraire. Cette idée, selon laquelle la décision politique peut-être dictée par la connaissance scientifique, a été caractérisée comme un modèle "linéaire" de la relation entre savoir scientifique et décision politique.

A partir d'exemples tirées du contexte pandémique, cette présentation esquisse les conditions (strictes) dans lesquelles le modèle linéaire peut fonctionner, et les risques associés à une tentative d'appliquer cette vision dans les (nombreux) contextes où il est inapplicable. A partir de cette critique, nous poserons des contraintes à suivre pour une bonne mobilisation du savoir scientifique dans des contextes politiques complexes.

Cette communication a été co-écrite avec Elodie Giroux, professeure des universités à la faculté de philosophie de l’Université Lyon 3.

Intervention

Dans la même collection

Sur le même thème