Entretien
Chapitres
Notice
Lieu de réalisation
Sancoins (18)
Langue :
Français
Crédits
Université de Tours/CETU ETIcS (Production), Céline ASSEGOND (Réalisation), Laurent AUCHER (Réalisation), Laurent Aucher (Intervention), Céline Assegond (Intervention)
Conditions d'utilisation
© CETU ETIcS - Université de Tours © CEDETE – Université d’Orléans
DOI : 10.60527/s620-ty87
Citer cette ressource :
Laurent Aucher, Céline Assegond. UnivTours. (2019, 26 avril). PAUL-HENRY SIRONNEAU, ANCIEN DIRECTEUR DE LA TUILERIE DE GROSSOUVRE (CHER) , in Industrie céramique. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/s620-ty87. (Consultée le 22 juillet 2024)

PAUL-HENRY SIRONNEAU, ANCIEN DIRECTEUR DE LA TUILERIE DE GROSSOUVRE (CHER)

Réalisation : 26 avril 2019 - Mise en ligne : 26 septembre 2019
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Paul-Henry Sironneauest né en 1956 dans le Limousin. Ses parents sont d’origine agricole mais sonpère se lance à 22 ou 23 ans dans le monde de la terre cuite en faisant tournerune vieille briqueterie près du Dorat (87) non loin d’une carrière. Toujours mûpar sa passion de la terre cuite et son désir d’entreprendre, il monte ensuitesa propre petite usine, en apprenant tous les aspects du métier des petitsbriquetiers-tuiliers des environs. Cette usine ayant connu « quelquespetits soucis », son père la ferme puis travaille un temps pour Dutreux,une entreprise de Baisieux (59) spécialisée dans la fabrication de fours. En1970, le groupe GTR, connu aussi sous le nom de Roumazières, lui propose deprendre la tête de la tuilerie de Groussouvre dans le Cher, qui occupe àl’époque environ 120 salariés. Il accepte, relance la production, modernisel’usine, notamment en installant un four de sa fabrication, le four-tunnel, etinnove constamment.

Son fils, Paul-Henry, après une vocation contrariée pour le travail aucontact de la nature, intègre également l’entreprise en 1974, « au bas del’échelle », au nettoyage : il occupe ensuite les différents postes del’usine, apprenant ainsi tous les aspects du métier. En 1983, son père rachètel’usine au groupe Gilardoni et créé la SARL les Tuileries de l’Aubois : ilparticipe à l’aventure, et devient à son tour directeur à la suite du départ enretraite de son père en 1994, peu après le rachat de l’entreprise par Imétal(futur Imerys). Il le restera jusqu’à son propre départ en retraite en 2016.

Outre le riche parcours de son père et le sien, cet entretien permet àPaul-Henry Sironneau d’évoquer dans le détail les différentes techniques de laterre cuite, les produits fabriqués, la vie des salariés sur les différentspostes dans l’entreprise, les innovations et modernisations qu’a vécues latuilerie de Grossouvre, notamment au niveau des fours, mais également les relationsavec les ingénieurs des différents groupes, la formation, la sécurité,l’absence de syndicats, etc.

Enquête et réalisation : Céline ASSEGOND (CETU ETIcS) et Laurent AUCHER (CEDETE)

Montage : Hélène CHAZAL (CETU ETIcS)

La recherche VIVAMEMORI abénéficié du financement de la Région Centre-Val deLoire complété par celui de laDRAC Centre-Val de Loire, de la Communauté de Communesd'Éguzon-Argenton-Vallée de la Creuse, de la ville de Vierzon, ainsi que du Syndicat mixtedu Pays Loire Val d'Aubois.

La recherche VIVAMEMORI estmenée par des chercheurs de l’Université d’Orléans(CRJP et CEDETE) et de l’Université de Tours(CETU ETIcS, CETU ILIAD3 et CITERES)

Avec le soutien du ServicePatrimoine et Inventaire de la régionCentre-Val de Loire, de Ciclic, l'agence duCentre-Val de Loire pour le livre, l'image et la culture numérique, et des Archivesdépartementales du Cher et de l'Indre.

Intervention

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants et intervenantes

Sur le même thème