Canal-U

Mon compte
Santé, maladie, malheur (SMM) : centre de productions multimédias UMR 7206 CNRS-MNHN, Musée de l'Homme, Paris

Chronique aka 1988, Akungu : Femmes pays


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/smm/embed.1/chronique_aka_1988_akungu_femmes_pays.18333?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Chronique aka 1988, Akungu : Femmes pays

Dans le campement pygmée d'Akungu, en République centrafricaine, les femmes et les enfants vaquent à leurs occupations quotidiennes. Au cours de quelques journées se déroulent des scènes telles que la préparation et la cuisson de chenilles, la cure de la migraine d'une jeune femme, la toilette des enfants dans la rivière, la préparation des repas, les jeux des enfants, l'extraction de puces-chiques du pied d'une enfant, la scarification, le tatouage et la décoration des visages et des bras, puis la scarification thérapeutique d'une jeune femme.


Chapitres :

01 préparation de chenilles ndosi

1. Les chenilles sont décoconnées.
2. Une fois décoconnées, elles sont prêtes à griller de façon à éliminer leurs poils et à assurer leur éventuelle consommation.
3. Les cocons vides seront ensuite repoussés hors du campement dans un tas de déchets secs.
4. Du bois est mis à brûler afin de préparer la braise nécessaire à la grillade des chenilles.
5. Mambi secoue les chenilles mélangées avec des braises, dans une vieille marmite en aluminium, percée.
6. Les chenilles sont versées sur le sol, puis triées jusqu'à obtention d'un époilage satisfaisant.


Extrait de l'encyclopédie des Pygmées Aka Edd. SELAF

© chenille Anaphe (spp.) 
 .kòngo // = .ndosì 
Thaumétopoéidé, Anaphe venata Butler, A. infracta Welsh.
Morphologie - Jaune foncé, couvertes de longs poils blancs; petites chrysalides brunes. — Éthologie -Petites chenilles processionnaires; cocons réunis en cocon communautaire.
.ndòsì, Chenille Anaphe, Thaumétopoéidé, Anaphe sp.

Acq. - prod. (collecte) = septembre; elles font l'objet d'une récolte systématique pendant la période des chenilles.
Expl. - conservation = séchées après vannage sur les braises pour enlever les poils toxiques;
- échange/commercialisation = fort prisées des villageois, ceux-ci en sont très demandeurs, soit dans le cadre de l'échange, soit en les achetant aux Aka quand ils ne sont pas alliés.
Alim. - base (chair = elles sont cuites à l'eau bouillante, puis assaisonnées ou non de sel et d'huile de palme; on consomme aussi les chrysalides dont la saison dure plus longtemps (novembre); la consommation de .ndòsì mal cuites provoque des vomissements répétés et violents.
?Méd. - gastro. (indigestion de § .ndòsì) = l'écorce de § .gbàdo, en décoction à boire, calme les vomissements et les fait stopper.
Créd. - biologie = pendant la saison des chenilles, la saison des .ndòsì, constitue une des trois étapes marquées; les chrysalides se réunissent dans un grand cocon communautaire, è.koto-ya-ndòsì / la peau | la÷cette de | l'÷ Anaphe /;
Les chenilles (§ .kòngó) doivent souvent être flambées pour les débarrasser de leurs piquants ou de leurs poils, mais on emploie le verbe § mbà- “griller” pour cette action (§ .sOngí) ou encore § pEp- lorsque l'on utilise pour ce faire un panier spécial § .sàkádà). De nos jours, une bassine d'aluminium percée de trous et dotée d'une anse végétale remplace souvent le panier traditionnel, moins résistant aux braises qui assurent l'époilage.
Lorsque les chenilles se rassemblent et forment des groupes compacts et lorsqu'elles se mettent en cocon communautaire, il n'est plus possible de distinguer l'individu; on a affaire à une masse indifférenciée, ce que représente la dérivation par changement de genre.
(N : 9/8 = bò.ndòsì / mà.ndòsì)2


02 consommation de fruits vondo

Koti a rapporté d'une tournée de cueilette des fruits vondò d'une liane Apocynacée : ils sont immédiatement consommés en les suçant.


03 cure de migraine par application de mbili sur des scarifications

Après avoir réalisé des scarifications en couronne sur le front et les tempes de Wawa qui souffre de migraine, Mambi applique une pâte médicinale § .mbili.
L'application du .mbili provoque une vive douleur que Wawa exprime par des cris et des gémissements.
L'opération terminée, Mambi range la lame de rasoir ainsi que les restes de remède dans une petite boîte cylindrique propriété de Wawa.
Celle-ci se couche, sa dernière-née blottie contre son sein et finit par s'endormir, soulagée.
Les enfants se partagent un gobelet d'eau

Extrait de l'Encyclopédie des Pygmées AKa Ed. SELAF-Peeters

bambo (Nd : 5/6 = è.bambo/bè.bambo < *bamb)  mal de tête (sp.), céphalée (sp.), migraine (sp.)

La douleur est perçue comme un éclatement (d'où le nom de la maladie), selon certains ressenti d'un seul côté de la tête, souvent accompagné de vertiges.

Dans un premier temps, le malade se soigne lui-même en fabricant ou se faisant fabriquer par un proche une corde-remède tressée (§ .kOdi), qu'il se noue autour de la tête. Si ce traitement n'est pas suivi d'effet ou si le mal est trop violent ou encore si le malade ne connaît pas la plante pour faire la corde-remède, il s'adresse au guérisseur (§ .ngàngà). Celui-ci (ou à défaut une parente du campement) lui fait des scarifications qu'il enduit de poudre-remède (§ .mbili) et de sel de cendres.

mò.kOdi-wa-è.bambo «liane-remède de la migraine» è.bambo à`O mò.sokò-wâvE wa mù-bàta o-tùtù, wà mù-bambua o-tùtù, bô nde ba kEsà

«La céphalée donc, c'est ta tête qui se fend en dedans; elle éclate en dedans c'est pourquoi on incise»

 bo mò.sokò-wâvE wa kOnE, OvE ga kà-mò.kOdî, nde ò kàta mò.sokò, nde ò kàta bamoedi «Quand la tête te fait mal, tu te contentes de couper une corde-remède, de te l'attacher à la tête sur laquelle tu l'enfonces» (AE .bambo 18-19)

cƒ .kOnO

04 Jeu d'enfant: préparation d'un repas

A la limite entre le jeu et la réalité, Mengi prépare un petit repas pour ses petites soeurs, tandis que sa mère migraineuse se repose.


 05 Enchanvrement des enfants

Mongay, aidé par une fillette (=une tante) finit tranquillement les restes de chanvre indien de la pipe de son père.

Encyclopédie des Pygmées Aka Ed SELAF-Peeters

.mbangì (N : 1/2 = mbangì/bà.mbangì) Chanvre indien

Cannabis sativa L., Cannabinacée

Plante herbacée cultivée.

Tech. : gén. (stupéfiant) = les feuilles et les sommités fleuries sont séchées, écrasées entre les doigts et et fumées dans une pipe sp. ou dans une feuille végétale ( Zingibéracées § .sEtì, Renealmia sp. ou Aframomum sp.) ou dans n'importe quel papier disponble

La pipe la plus couramment utilisée est constituée par l'entrenœud de bambou sòngò : le fourneau est constitué par le creux de l'amorce éclatée d'une cartouche de calibre 12.

Soc. : écon.-soc. (échange) = le Chanvre indien, importé illégalement des pays limitrophes, entre dans le cadre des échanges avec les villageois, au même titre que le tabac (§ .mbangà) et l'alcool (§ .ngbakò). De très rares Villageois de la région et à présent quelques Aka en cultivent occasionnellement quelques pieds dans un coin reculé de plantation forestière (la culture en étant interdite).

Même si tous ne sont pas amateurs, de nombreux Pygmées sont consommateurs de chanvre indien. Celui-ci, au même titre que les alcools et les tabacs, n'est pas considéré par les Aka comme une drogue toxique, mais comme des nutriments nécessaires à l'entretien de la santé et de l'humeur, à la réalisation de performances, par exemple de chant ou de danse. Ils permettent l'exécution des travaux pénibles exigés par l'entretien des plantations villageoises de café.

Outre le miel et des remèdes “magiques”, le chanvre et le tabac sont employés par nombre de grands chasseurs pour mener à bien les longues poursuites de gros gibiers.

Hommes, femmes, adolescents, enfants, tous les amateurs ont leur part, qui n'est pas égale. Le partage au sein de la société aka obéit aux règles coutumières de répartition des produits valorisés et donne à voir, au-delà des discours théoriques de préséance, le fonctionnement quotidien de la société. La consommation de chanvre n'est pas le fait d'amateurs marginaux; elle est totalement socialisée.

 Tous les membres du campement, hommes, femmes et enfants, participent aux causeries et réjouissances, dont fumer fait partie. Le tabac n'est absolument pas considéré comme toxique et de jeunes enfants finissent “en cachette” les restes de pipe ou de cigarettes.

Les dons et contre-dons de tabac affichent la reconnaissance du statut social de l'individu. Ils sont donc de fait très ritualisés, notamment dans les rapports avec les beaux-parents.

En cas de manque, des fumeurs toxico-dépendants sont amenés à échanger des quantités importantes de produits forestiers contre de dérisoires quantités de cigarettes auprès de leurs fournisseurs villageois.

Néanmoins, à l'exception des grandes occasions, les parts journalières per capita sont la plupart du temps réduites à quelques bouffées d'un produit à faible teneur en substances actives. Les femmes amatrices sont moins nombreuses que les hommes et plus discrètes.

Il n'y a aucune notion, dans cette société, de la toxicité biologique de la fumée inhalée : cigarettes et pipes passent sans cesse de bouche en bouche selon des ordres de préséance précis ; des papiers épais, imprimés servent à confectionner des cigarettes ; les pipes à réservoir d'air impliquent des aspirations très aggressives pour les poumons.

Conscients du caractère illégal de la possession et de la consommation du chanvre au regard des lois officielles de l'Etat centrafricain, les Pygmées savent, en présence d'étrangers, parfaitement dissimuler leur consommation. Aussi est-il très difficile d'apprécier l'ancienneté de l'usage du chanvre indien chez les Pygmées aka?

Lorsqu'une prise de chanvre provoque un malaise caractérisé par le fait que les “yeux tournent” (misO mâ zònga, vertiges), on frotte le corps du fumeur avec les feuilles de .tOtO  grandes herbes (spp.) (Commélinacées, 1) Palisota hirsuta (Thunb.) K. Schum. 2) P. schweinfurthii). Après quelques instants, il reprend ses esprits {Mga 94}.

Si la conduite d'un individu, sous l'emprise de l'alcool ou du chanvre, va à l'encontre des normes de sociabilité, il est considéré comme malade et pris en charge par la collectivité. Cette “maladie” est rapportée au .kìlà (1. interdit alimentaire, 2. maladie due à la rupture d'un interdit alimentaire). La cure, outre différentes thérapies appropriées, à base d'onctions de matières végétales et de scarifications avec application de substances médicinales, aboutit à un interdit personnalisé de consommation de chanvre ou d'alcool.

Les devins-guérisseurs aka, avec lesquels nous avons travaillé {Mga et Bg}, ne consomment jamais de chanvre, sans qu'il soit possible de savoir s'il s'agit d'un goût personnel ou d'un interdit spécifique. Ces mêmes individus, au cours de leur apprentissage-initiation et de leur exercice professionnel, ont été amenés à consommer à des fins divinatoires un lixiviat hallucinogène et psychodysleptique d'écorces de racines de § .bònd&o (Strychnos icaja et surtout Tabernanthe iboga). L'usage en est strictement réservé aux contacts avec le surnaturel (divination et ordalie) et en conséquence au spécialiste, le devin-guérisseur et ses assistants.

Tabac, alcool et chanvre sont tous produits de l'échange avec les Villageois. Le vin de palme (§ .lEkù), sans en être produit puisque les Aka se le procurent directement, résulte cependant des contacts avec ceux-ci (qui en sont grands consommateurs) du fait que les Palmiers (Elaeis guineensis Jacq.) producteurs se trouvent dans les zones de forêt colonisées par eux, récemment ou anciennement (§ .ndama).

.mbangà (N : 1/2 = mbangà / bà.mbangà) tabac commercialisé

Nicotiana tabacum L., Solanacée

Il s'agit du tabac sous forme de cigarettes, beaucoup plus rarement de tabac en paquet.

Tech. : gén. (stupéfiant) = toujours obtenues auprès des non Pygmées dans le cadre des relations d'échange ou par achat, les cigarettes sont gardées soigneusement dans les sacoches § .sàwàlà. Elles sont partagées en société, aussi est-on souvent amené à n'en fumer que des portions, soit dans un fume-cigarette de bois ou d'os long de singe (§ .pOlOtì) ou plus simplement dans un morceau de feuille pliée de § .sEtì.

Leur valeur augmente considérablement au fur et à mesure de l'éloignement des centres d'approvisionnement. En pleine forêt; quelques cigarettes peuvent être troquées par un villageois contre un gibier entier.

Quoique globalement moins consomatrices, certaines femmes sont des fumeuses invétérées.

Les cigarettes de tabac brun fort (de la marque “Tumbaco”), importées en fraude du Zaïre, sont très valorisées, considérées comme plus fortes que le chanvre.

na dì-kOta mbangà «Je fume du tabac»

A présent, les cigarettes "blondes" à bout filtre sont les seules consommées.


06 Partage d'eau entre enfants

Sous le contrôle de leur mère Wawa, les enfants se partagent un gobelet d'eau, les plus petits avant les plus grands.

Extrait de l'Encyclopédie des Pygmées Aka Ed. SELAF-Peeters

máì (N : 8 = máì)

 1. liquide, eau (potable)

L'eau est la boisson usuelle des Aka, comme un support de cuisson essentiel (et quotidien) (§ sìp-). Ordinairement l'eau provient de la source des ruisseaux (§ .sókò5) ou de leur cours s'ils sont propres et limpides — d'ailleurs on cherche toujours à établir le campement à proximité d'un “marigot”. Le lieu de puisage de l'eau potable est toujours situé en amont des lieux de toilette et de lessive.

Cependant, dans certaines régions inondables ou marécageuses, en saison sèche, il est nécessaire d'atteindre en profondeur la nappe phréatique grâce à des trous (§ .dìbà). On recueille aussi les eaux de pluie (§ .mbóá) dans un tronc tombé de parasolier creusé en auge (§ .kòmbò). Ici encore, le trou servant à l'eau de boisson est distinct de la mare limitrophe servant à la toilette.

Pourtant le moyen le plus usuel de remplacer une source consiste à recueillir la sève de végétaux particuliers, celle des arbres § .ngàtá et § .kòmbò (Moracées) que l'on fait couler par leurs racines-échasses (§ .kúmà) ou par des entailles en arêtes de poisson à la base du tronc, mais c'est surtout la sève de lianes-à-eau (§ .nzàmbí) qui s'écoule de tronçons que l'on coupe. C'est ce dernier procédé que l'on emploie pour se désaltérer pendant les sorties en forêt.

 â kùká mò.nzàmbí bè.kúdú, bè.kúdú, bè.kúdú; bâ bOsá máì-mEnÉ, bâ núà

«Ils coupent la liane-outre en morceaux; ils prennent cette eau et s'en désaltèrent» (14.638, 640)

nà mbE-núákâ mÉ kà-ngá-máì-má

«Je ne veux boire que cette eau-là» (14.70)

ná gE máì-má-ngbOkO, ná g`E mò.zàmbí

«Il faut que je prenne de l'eau de liane en coupant la liane-outre» (14.635)

á bùàsá kÉnzÉ mú-tà-máì

«Il prend du sable dans l'eau» {Bay}(QIL 57)

 kàbá y$E máì «Donne-lui de l'eau» {Bay}(QIL 61)

máì-m^EnÉ má-múyá «Cette eau est chaude» {Bay}(QIL 113)

búsÉ WúÉ mbéngó máì «Nous boirons de l'eau» {Bay}(QIL 159)

máì má zE mú-mò.kÉdì

«Il y a de l'eau dans le marigot» {Bay}(QIL 204)

§ .lEkù

2. eau, étendue d'eau, eau courante

> marigot, marécage, rivière

Les nombreux petits cours d'eau peu profonds qui sillonnent la forêt facilitent la progression sous le couvert et sont utilisés comme chemins privilégiés, alors que les rivières constituent plutôt des obstacles. Lorsque l'eau est trop profonde pour être traversée à gué, un arbre est abattu en travers de la rivière pour assurer le passage d'une rive à l'autre. Parfois, une liane est tendue à hauteur de main pour faciliter l'équilibre, mais le plus souvent, on franchit ce pont improvisé sans garde-fou.

Les marécages, nombreux dans l'interfluve Sangha-Oubangui, sont des réserves poissonneuses intéressantes, mais aussi des lieux de collecte importants (Raphia, champignons…) qui justifient des expéditions collectives. Cependant la progression dans les marais est souvent dangereuse et femmes et enfants s'y hasardent moins volontiers que les hommes. Si l'on y exerce certaines activités, on ne franchit généralement pas les zones marécageuses, on les contourne.

Traditionnellement les Aka n'utilisent aucun type d'embarcation permettant d'utiliser les voies navigables. Seuls ceux qui sont alliés aux riverains de l'Oubangui ont depuis quelques années commencé à construire de petites pirogues pour leur usage personnel : elles leur permettent surtout d'avoir accès aux îles du milieu du fleuve qui sont des réserves giboyeuses, plutôt que de pratiquer la pêche au fleuve, comme leurs commensaux villageois.

bá kànánÉ mè.nd&Emb`E ó-tùtù-yà-máì mà.sú mà.sátò

«Elles ont mis le manioc à tremper dans l'eau pendant trois jours»

 bâ dòá-má m`Ok`Om`Ok`O ó-tùtù-yà-máì ng^O.nÉ ó-bè.kpànì ng$o-tô «Ils vont aller l'après-midi dans les marécages là-bas, sur les petites termitières» (12.88)

OvE tí-gúíÉ ó-tùtù-yà-ngá-máì, má gúíánÉ nà-kô nà-kô (12.243)

«Ce n'est pas toi qui entre dans ce marécage, il est bien trop profond»

 ínábO dòánÉ vùù, kùká mòEí-máì

«Allons ensemble, vite, traverser au milieu du cours d'eau» (10.14)

à kàná è.sòngà mú-máì

«Il jette une nasse dans la rivière» {Bay}(QIL 62)

var. .kEdì {Bay} // ƒ .kélèdì

3. eau, saison des pluies > année

Dans le vécu quotidien, on n'est pas souvent amené à décompter le temps en années. Dans la plupart des cas, il est fait référence à un événement marquant pour situer une année dans le passé, lorsqu'on cherche à déterminer l'âge de quelqu'un par exemple. Cela se fait aussi par rapport aux naissances ou aux décès qui se sont produits dans les mêmes temps que celui que l'on veut situer.

La division du temps en années se fait aussi bien par référence à la saison des pluies qu'à la saison sèche (§ sèvò), généralement en fonction de la saison dans laquelle on se trouve au moment où cette indication temporelle est énoncée.

máì-má-mbúsà «l'année prochaine»
bà.máì-bá-mbúsà «les années prochaines»
? DÉnom. : phytonyme = donne son nom à un champignon § .máímàì.
4. eau, liquide intérieur des êtres
Etant donné son caractère vital, l'eau est pourvue d'une forte charge symbolique “liquide de vie”.
mOì-OvÉ nà-máì-míké «Tu as le ventre plein d'eau» {Bay} (QIL 18)
sève
máì-má-mòlé «la sève de l'arbre»
(sauf les latex, résines… qui portent des noms spécifiques)
sperme (liquide du mâle) > désir
 máì-mámù tálâ mÉ mòè «Le désir me brûle le ventre»
// l'8÷eau | 8ma / (A)-regarde÷A. / à moi / le3÷ventre // (Ch. 3.3)
à dìvá máì-mámù «Elle a reçu mon eau (sperme)» = «Elle est enceinte de mes œuvres» (Ch 3.11)
nà bòlá máì-mámù «J'ai éjaculé»
// je / (A)-ai versé÷A. / l'8÷eau | 8ma // (Ch 3.28)
máì-má-ból`O «de l'eau froide» M «du sperme stérile» (Ch 9.1)
var. .mb`Olî
liquide amniotique, eaux
máì-má-dì.bùmù «le liquide amniotique» / l'8÷eau | 8de | la7÷grossesse /
lait
? máì-má-dì.b^ElÉ «le lait» / l'8÷eau | 8de | le7÷sein /
bile
máì-má-è.nòngè «la bile» / l'8÷eau | 8de | la5÷vésicule biliaire /
© 5. liquide (non solide)
?bò.tálè-nà-máì «coulée, fer fondu» / le9÷fer | avec † l'8÷eau /
© 6. chant (sp.) de type § .ómbè
(cf. Anthologie de la musique aka, CD II, pl. 3)
syn .ndùdà
(N : 2 = bà.máì)
eaux (rivières, cours d'eau; saisons des pluies, années)
Le terme maì (cl. 8) relève d'un genre unique, lorsqu'il est employé comme collectif indénombrable (liquide), dont la classe transcende l'opposition de nombre. Cependant, lorsqu'il représente des entités plus concrètes, devenant dénombrables, il subit une dérivation par changement de classe nominale, où l'emploi de la classe 2 (pluriel de l'individualisant dénombrable), lui confère ces qualités qui se réfèrent alors à des ensembles dont l'eau est le constituant, mais non l'identité.
(N : 4 = máì)
eau (spécifique)
 Bien que la classe 4 représente normalement le pluriel (ou le non singulier) d'une entité particularisée et dénombrable, l'usage qui en est fait avec maì (perceptible seulement par le phénomène d'accord : maì-mè.kElElE “la/les petite(s) quantité(s) d'eau”), met l'accent sur la spécificité de l'entité envisagée : une part, une occurrence unique, une relation individuelle… et non sur une pluralité de l'objet.


07 toilette d'un petit garçon à la rivière

Passage d'un groupe de retour de déplacement et toilette du fils aîné de Bassin Joseph, âgé de 3-4 ans par sa mère Mboli.


08 passage de la rivière au retour de la cueillette 

Passage de la rivière au retour d'une partie de cueillette.

Noter les différents types de portage des enfants.


09 jeu d'enfant : pêche par écopage à la rivière

Les enfants attrappent quelques minuscules poissons à la rivière qui seront grillés et consommés en en-cas.


10 fabrication de cordelette

Extrait de l'Encyclopédie des Pygmées Aka Ed. SELAF-Peeters

tum- (V) filer, corder (la filasse)

On fabrique la ficelle en roulant les fibres sur la cuisse, généralement enduite de cendres, avec la paume de la main, également frottée de cendres, en deux tortis qui sont au fur et à mesure retordus ensemble. Pour rendre la ficelle plus solide, on utilise parfois le latex d'une liane à caoutchouc qui fixe le roulage des fibres. La principale plante fournissant la filasse est la liane Manniophyton fulvum Müll. Arg. (Euphorbiacée), § .kosa.
La fabrication de la ficelle (§ .mbà) est une occupation des périodes oisives et sédentaires, mais surtout des vieillards (§ .kòt&o) dont la participation aux activités de collecte et de chasse est diminuée sinon interrompue et qui, de cette façon, apportent cependant une contribution non négligeable à l'économie du groupe. C'est aussi pour eux un moyen de continuer à bénéficier des activités de chasse auxquelles ils ne participent plus, puisque le propriétaire de l'engin qui a pris le gibier – ici le filet (§ .kìà) pour lequel ils fabriquent la corde – est aussi l'acquéreur de l'animal capturé (voir dans SB, Ethnoécologie, les règles de partage du gibier, Livre I-1).
?nâ tum&a mò.mbà nà-bò.kìà «Je corde la ficelle pour le filet»
syn § wOs-, was- // ƒ .mbà

11 pilage de feuilles de manioc

zàbukà (N : 1/2 = zàbukà / bà.zàbukà) {Bg}

1. feuille de manioc

syn .sàbùkà // var .zàbu {Mga}
Acq. - cueillette-échange = les Aka ne cultivent pas ou depuis peu le manioc; ils se procurent les jeunes uilles soit par l'échange, soit par la cueillette dans les champs en jachère où repoussent des pieds de manioc.
Alim. - base (accompagnement > brèdes, légumes verts) = afin de les ramollir et d'en faire disparaître l'amertume éventuelle, les feuilles de manioc sont d'abord frottées à sec sur le fond brûlant de la marmite posée sur un feu vif; cette opération joue également un rôle utile par rapport aux produits toxiques, à savoir les dérivés cyanogéniques, de cette plante; une fois l'opération terminée, les feuilles sont abondamment aspergées d'eau, puis mises à cuire avec les différents ingrédients de la préparation (sel, huile de palme, champignons, viande ou chenilles).
2. purée de feuilles de manioc
Pour ceux qui vivent à proximité de plantations de manioc villageoises, la purée de feuilles est un aliment courant qui, lorsqu'il est préparé trop souvent, est déprécié, parce qu'il indique un déficit de produits de cueillette et de chasse.
CrÉd. - écol. = une consommation excessive de feuilles de manioc provoque la maladie de la rate, § .eb`a;
- interdit (alimentaire) = ceux qui souffrent de la maladie de la rate doivent s'en abstenir.
• zàbukà-muke «beaucoup de purée de feuilles de manioc»
= jàBùkà “purée de feuilles de manioc”
Tech. - production (apicollecte) = si on ne dispose pas de feu pour enfumer les abeilles, on peut utiliser des feuilles de manioc écrasées et souffler dessus à l'entrée de la ruche, pour asphyxier les abeilles.
CRÉD. - interdit (alimentaire) = celui qui est atteint du mal de poitrine, § .mbànz&i, ou de maux de rate ne peut consommer les feuilles de manioc;
- (comportemental) = si un enfant a l'interdit de l'Hylochère § .bEyà, sa mère ne doit pas cueillir des feuilles de manioc, de même s'il a une maladie de la fontanelle, bò.kOnO-boa-mò.sokò.
• mbokà vâ ngo-sàbùkà «Ici au village, il n'y a que des feuilles de manioc (à manger)»
• ba nga-sìpE nà-bà.sàbùkà «On pourra le faire cuire avec des feuilles de manioc»
syn .zàbu // var .zàbukà {Bg} // § .bumà // = ng .sàbùkà (Ø-dì/Ø-ì) / = b jàbùkà / = ngb sa


12 soufflage d'une saleté dans l'oeil d'un enfant


13 extraction de puces-chique des pieds de Mongay

Extraction de puces-chique des pieds de Mongay par sa mère Mambi, aidée de sa co-épouse Koti.

Extrait de l'Encyclopédie des Pygmées Aka Ed SELAF-Peeters

pìàmò (N : 3/4 = mò.pìàmò / mè.pìàmò) {Bg}  douleur, souffrance

La douleur et la souffrance sont omniprésentes dans ces sociétés où les blessures sont quotidiennes, où les insectes et ectoparasites “piquants” sont très nombreux et où les complexes pathogènes – particulièrement meurtriers – combinent pathologies autochtones et cosmopolites. Les rites de passage, les techniques thérapeutiques curatives et thérapeutiques “traditionnelles” comportent quasi-systématiquement une composante “douleur provoquée” importante. Le nourrisson, pour diverses maladies liées au concept d'interdit, § .kìlà, est balancé au-dessus de brandons attisés, recouverts de feuilles thérapeutiques et asphyxié par des vapeurs douloureuses. Le petit enfant, dès la marche, apprend rapidement la douleur transfixiante de l'extraction de la puce-chique insérée dans sa chair. On ne grandit pas dans cette société, sans être circoncis pour les garçons, sans avoir les incisives supérieures taillées, la cloison nasale, les lobes des oreilles, autrefois la lèvre supérieure percés. Le corps est aussi régulièrement souligné de nouveaux tatouages et cicatrices à visée esthétique.
À l'occasion de maladies diverses, dès le plus jeune âge, on subit des applications de produits caustiques sur des scarifications superficielles pratiquées au rasoir en regard de la zone douloureuse ou de la zone d'expression cutanée de la pathologie interne (tempes, région précordiale, hypochondre gauche…) : ces incisions infimes, souvent sanglantes, sont vécues très douloureusement, en ce temps de fragilisation de la mère et de l'enfant, provoqué par la maladie. Chez les enfants, et a fortiori chez les adultes, la peau est le dossier médical sur lequel les experts savent lire l'histoire des maux et maladies qu'a subis la personne. 
Les soins des guérisseurs sont souvent douloureux : un peu comme s'ils voulaient étouffer les douleurs pathologiques en en provoquant de nouvelles; un processus de “contre-feu” qui agirait sur la souffrance et l'angoisse du patient et de son entourage.
Ainsi, l'expression de la douleur est culturellement construite, pouvant amener un gaillard qui supporte stoïquement une plaie monstrueuse à fondre en larmes lors du franchissement transcutané d’une aiguille médicale, ou lors d'une scarification dermique débutant un rituel d'extraction symbolique du mal.


14 jeu d'enfants avec un souriceau

Wawa joue précautionneusement avec un souriceau sous le regard des autres enfants


15 jeu d'enfants de tir à la corde

Jeu de tir à la corde entre petits enfants


16 scarifications tatouages esthétiques

Séance de scarifications tatouage esthétiques entre femmes, sur un fond de harpe joué par Mbonga.

Extrait de l'Encyclopédie des Pygmées Aka Ed SELAF-Peeters

.mbadi (N : 5b/8 = mbadi / mà.mbadi)

1.incision, scarification (thérapeutique)

Un des procédés thérapeutiques (préventif ou curatif) les plus usuels (§ .boi) consiste à pratiquer sur la peau de la partie douloureuse de multiples petites incisions fines et rapprochées, puis de les frotter d'une pommade remède § .mbili, à base de poudres mélangées à un excipient (beurre de palme ou pâte de bois rouge).

syn. § .mbili // ƒ .boi

2. incision de tatouage, tatouage en relief

Au fur et à mesure des années et des événements vécus, le corps se couvre de cicatrices de scarifications-tatouages thérapeutiques mais aussi esthétiques.

Le pourtour du visage, les bras, le haut de l'épaule, l'abdomen sont ainsi soulignés, sculptés, redéfinis. Ces scarifications-tatouages esthétiques sont réalisées entre amis, parents, souvent lors du rassemblement des campements et à l'occasion d'épisodes amoureux. S'estompant rapidement, elles sont régulièrement refaites, complétées 

Les scarifications-tatouages, qu'elles soient à des fins thérapeutiques ou esthétiques, permettent d'inscrire sur la surface du corps de l'individu l'empreinte du corps social. Elles constituent aussi une mémoire, tantôt individuelle tantôt collective, des événements vécus, heureux et malheureux. Certaines marques, au-delà du statut qu'elles signifient, sont propres à des groupes, voire des lignages et perpétuent le souvenir de rencontres ou d'alliances entre groupes.

La taille des dents, le percement de la cloison nasale, de la lèvre supérieure, des lobes d'oreille, la circoncision, les mutilations “involontaires” des pieds par les puces-chiques, les scarifications-tatouages renvoient à la construction d'une image du corps, spécifique de la civilisation aka avec, au-delà, des variantes propres à chaque individu, des modes et des traditions.

syn. .tElE {Bg-Ka}, § .ndOngO

3. incision, barbelure (d'une flèche)

mà.mbadi-ma-mò.mbànzà “les barbelures (incisions à bord soulevé) de la flèche (= support à poison)”

4. ligature (d'une vannerie)

mbadi-yà-mò.lEkE “la ligature du piège”, faite en § .langà.

§§ .kOdi, bènda, .pata, .ngànzò

 .mbili (N : 3/4 = mò.mbili / mè.mbili) I

poudre-remède, pommade-remède (spécifique)

Il s'agit de la poudre ou de la pommade-remède spécifiquement utilisée pour une maladie particulière. Lorsqu'il s'agit d'un remède se présentant sous cette forme, mais en général, le genre employé est 5b/8.

(N : 5b/8 = mbili / mà.mbili) I

© 1. poudre-remède, pommade-remède

Le remède est constitué de poudres diverses, celles-ci étant mélangées à du beurre de palme, issu des amandes, pour faire la pommade. Les poudres sont faites le plus souvent de plantes calcinées ou séchées au feu et pilées, quelquefois de fragments d'os ou de peaux d'animaux, carbonisés, puis réduits en poudre. Ces mixtures complexes sont utilisées par les devins-guérisseurs et leur composition est généralement inconnue du tout-venant.

On appelle également .mbili le mélange de suie de marmite et d'exsudat de pile, employé de nos jours pour des scarifications esthétiques.

3. scarifications enduites de poudre-remède

Actuellement, on pratique deux sortes de scarifications, esthétiques et thérapeutiques. Les scarifications thérapeutiques sont faites en regard de la projection cutanée de la douleur interne. Leur place peut être précisément indiquée par le devin-guérisseur qui prépare le remède à scarifier. Pour ces scarifications, c'est le .mbili végétal ou animal qui est employé. Lorsqu'il s'agit de scarifications esthétiques le .mbili suie-exsudat de pile est d'abord utilisé pour dessiner des motifs sur le corps. Ils sont ensuite scarifiés, puis encore recouverts de ce mélange caustique (cf. Video AE, Femme pays). Des feuilles de §§ .ndèmbe (Rothmannia whitfieldii, Rubiacée), .tòmatò (Solanum lycopersicum et S. spp., Solanacées) servent de liant à cette préparation ou d'émollient si elle est trop sèche. Ces plantes (dont la tomate, introduite, et d'autres Solanées cultivées d'origine villageoise) donnent une teinture noire utilisée aussi pour les tatouages à l'aiguille ou au rasoir et les peintures corporelles provisoires.


17 baiser d'une mère à un petit enfant

Mosala embrasse sa petite dernière tout en chantant.

18 scarification préventive 

Jean-Marie explique les grandes régions du corps et les maladies correspondantes, puis scarifie son épouse avec un remède donné par ses beaux-parents qui lui ont pardonné le rapt de celle-ci .















 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Chronique des Pygmées baka : Fabrication du Lingbidi, l'arc à deux cordes. Baka Pygmies : Making the Lingbidi.
 Sommeil d'enfant et chant des femmes chez les Aka
 Baguenaude au Musée de l'Homme : du sens du mal à la gestion de crise par Michel Ogrizek
 Chronique aka, décembre 1993 Zomia, Lobaye RCA : réveils et petits déjeuners des enfants à côté d’une mission catholique.
 1993 Epelboin A. Chronique aka, 2 décembre 1993 Akungu, Lobaye RCA : dictature du petit cousin
 Regarder grandir Elsa, de septembre 1988 à avril 1991 en 145 mn
 La parole muette de Yacine
 L'éducation c'est comme ça à Dakar-Pikine : une matinée à Malicka
 Chronique des Pygmées baka : Robert Brisson, linguiste, ethnologue, missionnaire
 Chroniques Pygmées Baka : Conte du chimpanzé et de la fille de Komba
 Smoking out the porcupine. A hunting party between brothers. Chronicle Baka, District of Messok, East Cameroon, June 2013
 Forest camp cooking : a meal of porcupine. Baka chronicles. Messok district, East Cameroon, June 2013
 Chronique Aka 1992 Akungu : entre forêt et campement.
 Cordophone et chant au village de Mbakaou, nord Cameroun
 Chronique aka, juin 1989 & juin 2006, St Martin du Bosc, France & Békélé, RCA : Encyclopédie des Pygmées aka 1983-2019, Editions SELAF-Peeters, causerie entre J. M. C. Thomas, S. Bahuchet & A. Epelboin et mot de la fin de Ginza Gabriel, filmé par son fils
 Chronique aka, avril 1987 : travail, jeux et toilettes d'enfants ngbaka au bord de l'Oubangui
 Baguenaude au Musée de l'Homme : aller à l'école de la diversité
 La dernière fête des génies chinois au Cambodge, février 1970
 Tressage de nattes végétales (province de Preah-Vihear, Cambodge, 1969)
 La cuisson des poteries à Kompong-Chhnang, décembre 1968
 Eleveurs du Brakna, Mauritanie 1967
 Aux funérailles d'une amie komian
 Toilette du soir d'un nourrisson
 Toilette de personnes en bois (Côte d’Ivoire)
 Un mouton à la place du fils aîné.
 Sortie de masques agraires luguta et kore à Ibel, Sénégal Oriental. en 1983.
 Fécondité, gémellité et souveraineté en pays anyi (Côte d’Ivoire)
 À la recherche des soies perdues
 Interview d'une matrone de mère gurunsi
 Baguenaude au Musée de l'Homme : de l'ethnographie à l'ethnomédecine
 Chronique aka, 13 juin 2006, Békélé, Lobaye, RCA : sifflet mo.beke, yodel et polyphonie par Ginza et Cie
 Chronique aka, 8 juin 1991, Motonga, RCA : maladie du serpent, divinations et extraction de maléfices.
 Traitement du sein amer ou du refus de téter 1983 Ibel Sénégal oriental)
 Chronique aka, 12 décembre 1989, Motonga, RCA : petit déjeuner et extraction du mal d'une femme enceinte
 Le suiveur suivi ou la rencontre avec le djinn
 Micro-usure dentaire des Bantou et des pygmées Baka
 Micro desgaste dentario en Bantúes y pigmeos Baka
 Croissance des Pygmées Baka / Mission 2011
 El crecimiento en los pigmeos Baka
 Croissance des pygmées Baka / Mission 2010
 Parc national du Mbam et Djerem - Mbakaou - Cameroun
 Chronique des Pygmées baka : récolte du copal
 Chronique des Pygmées baka : Gustave Slam
 Chronique des Pygmées baka : Musiciens / Groupe Tibola 2012
 Chronique des Pygmées baka : Musiciens / Groupe Tibola 2010 / 2011
 Chronique des Pygmées baka : musiciennes jouant de l'arc à deux cordes
 Huit échantillons de recherches en SHS : traitement cognitif du langage
 Huit échantillons de recherches en SHS : teintures naturelles
 8 échantillons de recherches en SHS : Émergence du langage
 8 échantillons de recherches en SHS : Fouilles du Château d'Albon (Drôme)
 8 échantillons de recherches en SHS : Fouilles du site Fatimide de Sabra al Mansouryia (Xe), aux portes de Kairouan.
 8 échantillons de recherches en SHS : Langues et régionalismes du français
 La lagune et l'usine
 A ria e a fábrica
 Le retour de Rabelais ?
 Baka Pygmies, the Turning point
 Los pigmeos Baka, el gran cambion
 ART, CULTURE, HÔPITAL
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Médecine légale et anthropologie - Odontologie / immature
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Médecine légale et anthropologie - identification d'un adulte
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Médecine légale et anthropologie - identification individus immatures.
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Médecine légale et anthropologie - introduction immature
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Médecine légale et anthropologie - Foetus
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Médecine légale et anthropologie-introduction
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Livre "Couleurs sur Corps"
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Anthropologie des Représentations du Corps
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Anthropologie du vieillissement
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Anthropologie funéraire
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Croissance osseuse et développement
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Ethnopsychiatrie et Anthropologie Phénoménologique / 2
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Ethnopsychiatrie et Anthropologie Phénoménologique / 1
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Anthropologie épidémiologique /2
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Paléo-Anthropologie
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Anthropologie épidémiologique /1
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Modélisation Génétique et Démographie
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Anthropologie Génétique
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Pourquoi ces films ?
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Introduction à l'Anthroplogie Bio Culturelle
 BAKA.mov
 L'idée de "Race"
 Le Dictionnaire
 Teinture des nattes pourpres à décor par réserve à Pentecôte (Vanuatu) / Dyeing of purple mats with resist patterns in Pentecost (Vanuatu)
 Autour de la peste, Marseille 1720 - 1722
 Le dernier supplice chinois
 Chronique du littoral gabonais 2006 : jeu de construction d’un fumoir
 Chronique du littoral gabonais 2006 : pièges à poissons en bambou
 Bande annonce: Une nuit au Caire avec le maître Ahmed Wahdan, Musiques et ambiances urbaines
 Kawat Kamul
 Les enfants d'abord : action faxeman
 Parle moi de mam
 Mam danse
 Karum kassara, case sacrée, Royaume de Babok, Guinée Bissau
 « What will happen in my future? » : consultation d'un marabout, décembre 2016, Mount Barclay, banlieue de Monrovia, Liberia
 « Anything I do… Is in the book» : exhibition et consultation d'un devin illusionniste, décembre 2016, marché de Redlight, Paynesville, banlieue de Monrovia, Liberia
 Chronique aka 1994 : Mythe du fils crotte (version courte), 27 décembre 1994, appartement du CNRS, ORSTOM Bangui
 Chronique aka 1994 : Komba et la couleur noire de nganda par Monduwa, 27 décembre 1994, appartement du CNRS, ORSTOM Bangui
 Chronique aka avril 1987, rivière Gouga, Lobaye, RCA : deuxième contact avec Gbédélé
 Chronique pygmée aka 1987 : toilette d'un garçon non sevré, janvier 1987, Kpéténié
 Chronique aka, janvier 1988 : retour à Akungu
 Chronique aka 1989 : novembre 1989, chez Yakpata à Badangou : danse d’amusement surveillée par les patrons villageois
 Chronique aka Motonga, 28 novembre1989 chez Monduwa : divinations par le copal
 Chronique aka 1989 : hommage au défunt Jean-Marie Elima
 Chronique aka 1992, Motonga, 4 décembre 1992 : Le devin guérisseur pygmée et les djinns de Hamidou
 Visite du centre de transit Ebola de Forecariah par des Villageois oppositionnels le 17 février 2015
 Chronique aka, Békélé, 13 juin 2006 : soirée de divination par le feu du foyer boka
 Chronique aka, janvier 1980, campement de Mandembe, Bagandou, RCA : en pleine épidémie de rougeole, divination par l’ampoule électrique et le feu.
 Chronique aka 1987 : Akungu (Lobaye, RCA) : Comment réactiver une pile de montre usagée
 Chronique aka 1987 : Akungu Wawa, enceinte, plante du manioc
 Chronique aka 1987, Akungu : "berceuse" aka
 Chronique aka, 1987, Akungu : soirée de danse et divination de la chasse du lendemain
 Chronique aka 1987, Akungu : chante-fable du lémurien
 Chronique aka,février 1987, Akungu : négociations d'une Villageoise en quête de feuilles de koko (Gnetum africanum)
 Chronique aka, Ngopama, novembre 1989 : Les gens d'Akungu à Mongoumba
 Chronique aka, Akungu, 1987 : la fumigation de Boyangi
 Chronique Baka, arrdt de Messok, avril 2015 : une collecte de miel sauvage
 Baka chronicle, April 2015, Messok district, Cameroon : a collect of wild honey
 Baka chronicle, June 2013, Lomié district, Cameroon : Hook fishing with Moussolo
 Toilette d’un bébé peul par une matrone de mère gurunsi
 Sainte Manoubia soufisme et spiritualité féminine
 Toilette et lavement d’un enfant mossi du Burkina Faso
 Chronique aka novembre 1989, Ngopama, Lobaye, RCA : diagnostic et extraction d’une pierre maléfique
 Toilettes d’enfants à Cuaji, Mexique : Toilette de Alejandra (40 jours) par sa grand-mère
 Toilettes d’enfants à Cuaji, Mexique : Extrait de : Toilette de Zitlali (6 mois et demi) par sa mère
 Extrait de Vietnam 2003 : autour du 60 e anniversaire de la mort d'Alexandre Yersin
 Centenaire de la Société de pathologie exotique : 20-21 juin 2008 Institut Pasteur Paris
 Chronique aka, Motonga, RCA, 6 décembre 1992 : zengi, cérémonie de danse de l'esprit de la forêt zengi
 Entre le mil
 Campagne OMS - UNICEF - Croix Rouge de sensibilisation pour les élèves et les APAE : Ébola est là, protégeons nous et notre famille contre cette maladie, Collège de Mankountan, Préfecture de Boffa, Guinée, 25 avril 2015
 La photo : toilette à 7 mois de Vishal Ganesh
 Chronique des Pygmées baka : Pygmées Baka, le grand Virage
 Chronique des Pygmées baka : Chant de Komba. Papa émile et sa harpe cithare (ou Ngombi)
 Chronique des Pygmées baka : fabrication d'un petit camion en palmes de raphia
 Chronique des Pygmées baka : récolte et préparation des feuilles de koko
 Chronique des Pygmées baka : récolte et fabrication de la pâte d'amandes de mangues sauvages
 Chronique des Pygmées baka : Récolte du miel (Poki)
 Chronique des Pygmées baka : construction de huttes mongulu
 Chronique des Pygmées baka : Kalo prépare l'étoupe et le feu
 Chronique des Pygmées baka : pêche au barrage - Campement du serpent
 Chronique des Pygmées baka : Conte de l'Antilope et des fruits de Komba
 Chronique des Pygmées baka : Le masque d'Edzengui
 Chronique des Pygmées baka : la rumeur du sida
 Offrande maternelle et fillette impertinente, temple de Mangleshwar, Mana, village du haut des Rongpa
 Les virus ont aussi leur "rêve américain"
 Statues dogon actives : Allaye Samasekou, forgeron sculpteur
 Statues dogon actives : Youssouf Dara, sculpteur fabricant de copies
 Emmaillotement à Sidi Zid
 Service malgache - transes, sacrifices et guérissage
 Snöns vetenskap, (version suédoise de "Science de la neige, Nautijaur, Laponie suédoise, 12 novembre 2010")
 « Working with Nature » – Sami reindeer herders and biodiversity in the boreal forest (2016)
 Rituel funéraire d’une femme Brâhmane sur les rives de la Narmada, Omkareshwar, Madhya Pradesh, Inde, Janvier 2005
 A day in Siwa/ Une journée à Siwa/ يوم في سيوة — Siwa Oasis, Egypt (Vincent Battesti, November 2014)
 Wedding Party in Darb al-Ahmar , A popular Neighborhood — Cairo, Egypt (Vincent Battesti, March 31st, 2011)
 ‘Aīd al-Siyaha — Siwa Oasis, Egypt (Vincent Battesti, October 2015)
 Science de la neige, Nautijaur, Laponie suédoise, 12 novembre 2010
 The Science of Snow, Nautijaur, Lapland , 12 November 2010
 Rasmane du matin au soir (Kienfangue, Burkina Faso 1995) : soins au nourisson chez les Mossi (version longue)
 Mains de sages-femme, Exposition “Naissances : gestes, objets et rituels”
 Méthode psycho-prophylactique d’accouchement sans douleur
 Premiers pas dans le Monde
 Chronique aka, novembre 1989, Mongoumba, Akungu, RCA : enquête sur la mort de Jean-Marie Elima à la suite d'un rapport sexuel avec une femme villageoise
 Mumbwiri, rite thérapeutique : initiation d’une femme et d’un enfant nzebi
 Sacrifice d’un cheval pour la célébration de la fin du deuil
 Kosai : massages traditionnels pour bébés Tunisie - Inde
 Les rondes de saint Antoine. Culte, affliction et possession à Puliyampatti (Inde du Sud)
 Les Tsogho du Gabon, initiation au Bwiti
 Le feu et le gras : utilisation du feu et du beurre de cacao dans les techniques du corps et de la petite enfance à la Réunion
 L’accouchement de Sephali
 Suskàlàs ear whisperine from Village of Püspökhatvan Hungary 2005 Hongrie
 Des masques pour le président
 Le bâtonnet et l’eau : techniques quotidiennes d’entretien du corps à Dakar Pikine
 Sous le signe du saturnisme, Paris 1993 : Toilette et biberon de Mustapha
 Sous le signe du saturnisme : Paris 1991-1993
 Chronique des pygmées babongo 2007 : pièce bwiti d’arc-en-bouche (de jour) par Makaho Maurice
 Chronique pygmées Bakoya, Gabon, avril 2006
 Chronique des Pygmées Babongo, avril - mai 2008 Chant de circoncision bubeyi : leçon d’ethnomusicologie, 8 avril 2008, Manamana
 Chronique des Pygmées Babongo, avril - mai 2008 Le « temple du Shaolin » : chants d'origine initiatique des femmes avec leurs enfants, 8 avril 2008, Manamana
 Chronique des Pygmées Babongo, avril - mai 2008 Questionnaire linguistique comparatif akélé, babongo, awanji et adouma, 15 avril 2008 Doumé
 Chronique des Pygmées Babongo, avril - mai 2008 Divination de la cause de maux de ventre, par la chute de morceaux d’écorces, 13 avril 2008, Doumé
 Chronique des Pygmées Babongo, avril - mai 2008 Guérisseurs de footballeurs, 15 avril 2008, Doumé
 Chronique des Pygmées Babongo, avril - mai 2008 Pièces traditionnelles d’arc-en-terre avec un jouet d’enfant, 15 avril 2008, Doumé
 Chronique des Pygmées Babongo, avril - mai 2008 Pièce d’arc-en-bouche en milieu akélé babongo, 8 avril 2008, Manamana
 Chronique des Pygmées Babongo, avril - mai 2008 Sourd muet et bègue : leçon de communication non verbale, 16 avril 2008, Doumé
 Chronique des Pygmées Babongo, avril - mai 2008 Arc-en-bouche bwiti par Florian Nzembi « John », Makoula 2 avril 2008
 Chronique des pygmées babongo 2007 : Sortie du masque mokuya
 Chronique des pygmées babongo 2007 : Soirée de danse de nganga bwiti
 Chronique des pygmées babongo 2007 : cueillette rituelle de remèdes
 Chronique des pygmées babongo 2007 : Préparation du parfum remède & traitement
 Chronique des pygmées babongo 2007 : Récital de chant & harpe bwiti par J. B. Matzanga
 Chronique des pygmées babongo 2007 : Soirée de danse électrique
 Chronique des pygmées babongo 2007 : Rituel de réconciliation du culte nzobi et balayage
 Chronique des pygmées babongo 2007 : Divination par la chute de morceaux d'écorces
 Chronique des Pygmées Babongo 2007 : deux bébés et la petite fille dont la mère est enceinte
 Chronique des pygmées babongo 2007: Fabrication en sifflotant d'un panier à feu et miel
 Chronique Aka, février 2008 : une journée au Muséum, filmée par Zoko Antoine, Pygmée de RCA
 Chronique aka 2006 , Motonga : Baisers au tribunal
 Chronique Aka 2008 fév, Mantes-la-Jolie : Le spectacle des V.I.P 1 filmé par Zoko, Pygmée aka de RCA
 Chronique Aka 2008 fév Mantes-la-Jolie : Le spectacle des V.I.P 2 filmé par Zoko, Pygmée aka de RCA
 Chronique aka 2006, Békélé : Chanson du sida filmée par Mombaka
 Chronique aka 2006 : Békélé, Leurres d'animaux pour la chasse
 Chronique aka 2006 : Békélé, Toilette d'un enfant à la rivière par sa mère
 Chronique aka 2006, Békélé : Coupe d'un arbre à la hache
 Chronique aka 97 : Boire et déboires après la forêt
 Un car rapide sénégalais au Musée de l'Homme de Paris : un chef-d'oeuvre d'art populaire, un “art parlant”
 Chronique aka, Akungu décembre 1995 : Mort et naissance de Masiki
 Chronique aka 1993, Motonga : Gbédéle, femme, fille et mère
 Chronique aka, Akungu décembre 1994 : cure de la migraine de Bonéné et histoire de la folie de Koti
 Chronique aka, Akungu 1994 : discordes, infortunes et réparations
 Chronique aka, Akungu 1994 : Le lémurien et l'araignée, chante-fable
 Chronique aka 1993, Motonga : Revendications aka : conduire et coudre
 Chronique aka 1993, Motonga : Pièce de senza, jouée par Oto Joseph
 Chronique aka 1993, Motonga : Préparation de la poudre de bois rouge par Mowo
 Chronique aka 1993, Motonga : Leçon de chant et de danse ou la drague des Pays d’Akungu
 Chronique aka 1993, Motonga : Monduwa, devin-guérisseur pygmée Consultation d'une jeune fille menacée d'avortement
 Chronique aka 1992, Akungu, Paris : La chasse au filet, Akungu, 27 novembre 1992
 Un "car rapide", un transport en commun sénégalais au Musée de l'Homme de Paris : un chef-d'oeuvre d'art populaire. Diaporama du 28 juillet 2015
 Chronique aka 1993, Motonga : Monduwa, devin-guérisseur pygmée : Consultation et divination d’une jeune fille cardiopathe
 Chronique aka 1988, Kpétényé : les dents sculptées
 Chronique Aka 1991, Ngopama : La danse du professeur et le refus des Aka
 Chronique aka 1987, Gouga: Le bébé malade et le chevrotain aquatique
 Chronique aka 1988 : Fer de hache pygmée et petit Villageois : histoire d’une blessure
 Chronique des Pygmées Bagyeli 2008 : Profession : chasseur
 Plessage à Montaillé
 Jeux chantés des filles baka
 Chronique des Pygmées Bakoya 2006 : jeu de cuisine de feuilles de manioc
 Win-Timdouine 2008 : Méthode d’étude des chauves-souris
 Chronique des Pygmées Bakoya 2006 : Mbélé, la chasse aux oiseaux
 Chronique des Pygmées Bakoya 2006 : cérémonie Ngoya (reconstitution)
 “Les âmes sont venues manger des douceurs", Soukhwan pour Khamman
 L’abattage du cochon en Voïvodine, décembre 1998
 Chronique des Pygmées Bakoya 2006 : premiers baptêmes d'un pasteur pygmée
 Chronique des Pygmées Bakoya 2006 : sortie de réclusion de la mère des jumeaux
 Chronique des Pygmées Bakoya, juillet 2007, Ekata, Ogooué-Ivindo, Gabon : trois jours au campement de collecte de graines de “Panda oleosa” (Pandacées)
 Le filet de chasse (Ekata, Ogouée-Ivindo, Gabon, 2008)
 Les fermiers du miel. Apicollecte et apiculture à Belitung, Indonésie.
 Jeanine
 Tsigamania, être gitan et français
 Le cochon en Galice
 Séminaire d'ethnomédecine CNRS MNHN, Paris : A.G. Haudricourt et la scatologie
 Fabrication d’une cordelette à noeuds, protectrice de grossesse, Ibel, Sénégal oriental
 Écritures talismaniques coraniques sur une tablette en bois. Ibel, Sénégal oriental
 Guérissage de « maux de tout le corps » par effleurements, verbe et racines Ibel, Sénégal Oriental. 1983
 Consultation par les cauris de Djibi Diouf chez Fatou Nder devin-guérisseuse à Yembel, (Yembel, Sénégal 2001)
 Extraction de « vers » au marché de Thiaroy, (Pikine, Sénégal 1987),
 Divination par les cauris (Pikine, Sénégal 1987),
 Divination par géomancie (Pikine, Sénégal 1987),
 Soins des maux de dos de l’ethnologue par un devin-guérisseur bambara à Bamako 1995
 De la pierre au bras (Tikankali, village nyokholonké des collines du Bandemba, Sénégal oriental février 1990.)
 Jine bana : la possession au quotidien (Beledugu, Mali 1995)
 Talismans : le sceau de Saturne
 Du savon dans les yeux, toilette d’une fillette au sein peul bande, Ibel février 1990
 Du Bénin au Nigéria en suivant les usages des amulettes, Isakété (Bénin) février 2006
 Ketteb : les écrits sortilèges
 Chronique des Pygmées Babongo 2007 : Dindamba André, danseur, chanteur, guérisseur bwiti et infirmier
 Petits moments dans une famille de musiciens sérers (Toilette, danse et guérissage), Joal, décembre 2009
 Statues dogon actives : divination par les cauris de Ya Dene, guérisseuse à Yenda Komokan
 Biljana la femme-guérisseuse, Budisava, Serbie
 Chronique pygmées Bakoya de Mékambo, Gabon, avril 2006 : représentation des épidémies de maladie à virus Ebola de 2001-2002
 Toilettes d’enfants au Laos (Ban Nakham, province d'Oudomxay)
 Les rites de l’enfance à La Réunion : Sévé mayé
 Elvis, Dogon des montagnes
 Chronique de Midouma 2007. Pressage de canne à sucre pour préparer le musungu, Midouma (Ogoué Lolo, Gabon)
 Chronique de Midouma 2007. Un après midi en brousse avec les femmes Babongo, Midouma (Ogoué Lolo, Gabon)
 Regards ethnographiques à propos des amulettes et du guérissage. Sénégal, Guinée, Mali, région parisienne 1983-2012.
 Basta de gusanos !
 Ébola en Guinée Conakry : conférence de sensibilisation au virus Ébola, préfecture de Guéckédou, 7 avril 2014
 Chronique des Pygmées Babongo, avril - mai 2008 (Gabon) : façonnage d’un nouveau-né qui n’a pas uriné sur son père
 Cavadee à l'île Maurice, 2006 (Thaipoosam cavadee of Ansina and her father)
 Cavadee, dix jours de cérémonies en l'honneur du dieu Mourouga dans l'hindouisme réunionnais
 C'est comme ça l'éducation, dressage d'un poulain de trait
 Chronique aka 1987-1992 : vie quotidienne, malheur et guérissage chez les Pygmées aka de République centrafricaine.
 Au rythme du froid, toilette d'hiver au Zangskar
 Ali Photos, Photographe à la caisse au marché de Bandiagara
 Apport de l'anthropologie à la résolution de quelques problèmes d'infectiologie et de santé publique dans le contexte tropical
 Ebola en Guinée Conakry: hôpital sécurisé par MSF, Guéckédou, avril 2014
 Chronique des Pygmées Bakoya 2006. Mime d'accouchement, Imbong, Gabon
 Chronique aka 1992- 1995, Akungu, République Centrafricaine. Mime d'un accouchement
 Naissances, gestes, objets et rituels. Côte d'Ivoire, 1991. Soins au nouveau-né chez les Gouros : le massage
 Naissances, gestes, objets et rituels. Baptême catholique à la Réunion
 Naissances, gestes, objets et rituels. Le rituel juif de circoncision : La brith milah d'Ethan
 Naissances, gestes, objets et rituels, Kienfange, Burkina Faso, 1995. Rasmane du soir au matin : soins au nourisson chez les Mossi
 Naissances, gestes, objets et rituels. Le culte des mères célestes
 Naissances, gestes, objets et rituels. Toilette aux feuilles de galanga
 Naissances, gestes, objets et rituels. Danse des jeunes filles, danse-mime de l’accouchement, région de Koubia, Moyenne Guinée
 De l’argile dans les yeux : toilettes d’enfants dans le Logar
 Naissances, gestes, objets et rituels. Premières nourritures d'un nouveau-né peul
 Leçons d'humanités à Mbebess, la décharge à ordures de Dakar-Pikine : travail du cordonnier d'amulettes et parole de récupérateurs
 Ebola en 2012, R.D. du Congo, Province orientale, Haut Uélé : funéraille sécurisée à Bédé d'une accouchée décédée à l'hôpital
 Marburg en Angola à Uige avril 2005 : funérailles de crise : le tailleur et les siens
 Ebola au Congo 2010 : atelier de prévention et de contrôle de l'hygiène hospitalière
 Ebola en République démocratique du Congo en 2007 : un laboratoire de diagnostic rapide à Mweka
 Leçons d'humanités à la décharge à ordures de Dakar
 Ebola is not a laughing matter
 Ébola, ce n'est pas une maladie pour rire
 Ebola en 2012, R.D. du Congo, Province orientale, Haut Uélé : entre compréhensif et coercitif, réponse adaptée à des menaces
 Ebola au Congo en février 2003 : virus, sorciers & politique
 Ebola au Congo en juin 2003, Kéllé, Mbomo : virus paroles et vidéo
 Ebola au Congo en décembre 2003 à Mbomo : virus, braconnier et fétiche
 Marburg en Angola à Uige en avril 2005: chanson trio contra Marburg ->
 Marburg en Angola à Uige en avril 2005 : mise en bière d'une petite fille
 Toilette et massage d’un enfant Newar à Kathmandou
 Renaud PIARROUX - Ce que la microbiologie moderne nous dit des épidémies de choléra
 Transitions épidémiologiques en Afrique : quelles réponses des systèmes de santé ? Cérémonies d'ouverture du 9 e Congrès international francophone de la SPE avec la SMANLF
 Transitions épidémiologiques en Afrique : quelles réponses des systèmes de santé ? Propos introductifs du Pr. Marc Gentilini
 Jean-François TRAPE - De l'holoendémicité à la pré-élimination: 22 ans de surveillance et de prise en charge du paludisme à Dielmo, Sénégal
 Didier RAOULT - Intérêt de la surveillance épidémiologique des fièvres non palustres au Sénégal -
 Kasara et bëpene : récupération diurne de principes vitaux
 Toilettes Manjak : Claudine et William se lavent les dents et le visage
 Toilettes Manjak : toilettes et massages de Serge
 Cueillette urbaine avec Kirviçik Ahmet à Istanbul
 My name is not important : Elvio et sa résidence éphémère sur un trottoir de Paris
 Enterrement à Karonkã Rituel funéraire, Guinée-Bissau
 Soins aux enfants manjak : Massage thérapeutique de Junior
 Rituel funéraire, Bukul, Guinée-Bissau : préparation d’une nouvelle tombe
 Consultations de Souley Nyakh, tradipraticien à Joal (déc. 2012) - "versements" aux pangols domestiques, onctions et fabrication d'amulettes - visite et "versements" aux habitants d'une forêt de baobabs sacrés
 "L'enseignement de la médecine tropicale en France en 2013" Table ronde de la Société de pathologie exotique (SPE), 29 mai 2013, Institut Pasteur Paris
 Leçons d'humanité : les récupérateurs d'ordures de Mbebess (Dakar, Sénégal 1986-1996)
 Médecines traditionnelles, cultures et sida : Bamako 7/8 fév 1994
 Ebola en 2012, R.D. du Congo, Province orientale, Haut Uélé : visite de l'hôpital sécurisé d'Isiro
 Portrait d'Alain Epelboin, médecin anthropologue au CNRS-MNHN de Paris (2002)
 Un art secret : les écritures talismaniques de l’Afrique de l’Ouest
 Les armes et les défenses de Mamadou Mané Guey
 Leçons d'humanités à la décharge à ordures de Dakar : manipulations d'un rebouteux wolof
 Wasey, de la cueillette à la dégustation. Région du bas Oyapock
 Kalimata ou l’art de la poterie chez les Wayana
 Binta, napene à Bukul, Guinée Bissau : extraction d’objets maléfiques
 Yango Diallo et le sida, divination par les cauris, Ibel, Sénégal, janvier 2000
 Du rite au soin : toilette et guérissage à Joal (Sénégal, décembre 1997)
 Écritures talismaniques sur une cuillère de ménage et phytothérapie pour soigner des maux de dents, Timba, Guinée
 Le bain d'Awa et ses amulettes à Pikine Sénégal
 L'amulette de poignet du fils de Mariem Ndiaye, Malicka, Sénégal
 Collecte d'amulettes à Mbebess, la décharge à ordures de Dakar, Sénégal
 Leçons d'humanités à la décharge à ordures de Dakar : consultation d'un devin-guérisseur sérer
 Toilettes manjak, Sénégal : Toilette et massage de Laurence
 Leçons d'humanités à la décharge à ordures de Dakar : gainage d'un talisman par un cordonnier de Mbebess, décembre 2012
 A.G. Haudricourt et ses élèves : leçon d’ethnobotanique dans les bois de Meudon 29 mai 1986
 L'esprit d'Antogo
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte