Vidéo pédagogique
Notice
Sous-titrage
Sous-titre
Langue :
Français
Crédits
François Rechenmann (Intervention), Thierry Parmentelat (Intervention)
Conditions d'utilisation
Ces ressources de cours sont, sauf mention contraire, diffusés sous Licence Creative Commons. L’utilisateur doit mentionner le nom de l’auteur, il peut exploiter l’œuvre sauf dans un contexte commercial et il ne peut apporter de modifications à l’œuvre originale.
DOI : 10.60527/yhfd-rx68
Citer cette ressource :
François Rechenmann, Thierry Parmentelat. Inria. (2015, 1 juin). 3.9. Comment évaluer la qualité de prédiction des méthodes ? , in 3. Prédiction des gènes. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/yhfd-rx68. (Consultée le 20 juillet 2024)

3.9. Comment évaluer la qualité de prédiction des méthodes ?

Réalisation : 1 juin 2015 - Mise en ligne : 4 octobre 2016
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Nous avons vu qu'il était possible, ou du moins nous le pensions, améliorer la qualité de prédiction des gènes sur un génome bactérien en introduisant des démarches supplémentaires, de recherches de sites de RBS par exemple, ou d'avoir recours à des approches probabilistes du type chaînes de Markov.

A un moment donné, il faut se poser la question de savoir si, véritablement, ces algorithmes progressent, autrement dit, comment peut-on évaluer la qualité de prédiction d'un algorithme. Eh bien, une approche possible, c'est d'appliquer un prédicteur sur un génome bien connu, c'est-à-dire qui a été annoté et dont les annotations, les prédictions ont été confirmées de façon expérimentale. Ça pourrait être le cas pour le génome de la bactérie Escherichia coli qui est un organisme modèle étudié depuis fort longtemps et de façon très approfondie. Cependant, il faut bien reconnaître qu'en pratique, il y a très peu de génomes qui ont été annotés et confirmés par des démarches expérimentales...

Intervention

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants et intervenantes

Sur le même thème